40 millions de francs CFA : Le salaire mensuel d’Emmanuel Issoze Ngondet

Alors qu’il est question de réduction de la masse salariale des fonctionnaires, comme annoncé au récent conseil des ministres présidé par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, il a plu à Mays Mouissi, dont les analyses économiques sont jugées crédibles, d’en faire une observation. Dans cette dernière, les salaires des députés, sénateurs, vices présidents et ministres passent au crible.

Demeurés jusqu’ici « très confidentiels », les rémunérations individuelles des membres du gouvernement et des élus nationaux ont été révélées par Mays Mouissi.

Si l’analyste trouve juste la réduction de la masse salariale des fonctionnaires du secteur public, il requiert par ailleurs l’extension de la même mesure aux membres du gouvernement et des élus nationaux. Pour lui, le Gabon devrait désormais envisager une réduction du train de vie de l’Etat.

Selon l’économiste, les textes légaux qui encadrent les rémunérations et avantages des responsables publics sont inexistants.  Un paradoxe, si l’on considère les traitements en cours.

Si l’on s’en tient aux informations communiquées par l’intellectuel gabonais, le premier ministre toucherait 39 916 667 francs CFA mensuel, en plus des 479 millions francs CFA qui lui sont alloués ainsi qu’à son cabinet par année.

Dans la même perspective, d’autres émoluments battent tous les records. 94 millions francs CFA pour le président de l’Assemblée Nationale et 66 millions francs CFA pour celui du Senat.

Des dépenses exorbitantes, lorsqu’on sait la conjoncture actuelle du pays.

Retrouver l’analyse de Mays Mouissi en suivant ce lien

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *