51ème anniversaire du PDG/Ntoum: Julien Nkoghé Bekalé sollicite le soutien de tous !

Les militants et sympathisants du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), de Ntoum (chef-lieu du département du Komo-Moanda), ont célébré samedi, en différé, dans l’apothéose, le 51ème anniversaire de la création de leur parti politique, a constaté un journaliste de Kongossanews.

Une manifestation qui a été marquée par une imposante marche sous la conduite des hiérarques du parti en tête desquels, le membre du comité permanent du PDG dans la province de l’Estuaire, Julien Nkoghé Bekalé.

Scandant à la fois des mouchoirs, entonnant l’hymne du parti, ces militants et sympathisants ont marché sans peine sur plus de 1Km avec pour point de départ, la place de l’indépendance jusqu’au carrefour dit, David-Gaboprix.

Le premier ministre, Julien Nkoghé Bekalé, a profité de l’occasion pour solliciter le soutien de tous dans les efforts en cours pour le développement du pays.

«Chers camarades, chers compatriotes, j’ai besoin de votre soutien et votre compréhension pour les efforts que nous avons engagés pour redresser la vie sanitaire, économique, sociale, éducative, et administrative du pays», a-t-il lancé.

En se concentrant, le gouvernement qu’il dirige pourrait y arriver au bout de deux ans. «Nous avons besoin de deux ans seulement», a ajouté Nkoghé Bekalé, insistant sur le fait que le gouvernement a besoin du soutien de tous pour atteindre les objectifs qui lui sont fixés par le président de la République, Ali Bongo Ondimba.

«Je ne peux pas vous mentir, notre pays doit se reconstruire, la récréation est terminée», a martelé celui que tout le monde appelle affectueusement «Tonton Julien» dans son fief électoral du premier arrondissement de la commune de Ntoum.

En bouclant son allocution, il a traduit les remerciements du chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, aux populations pour l’accueil qu’elles lui ont réservé à son retour définitif au pays au terme de sa longue convalescence à Rabat au Maroc.

«Le président m’a chargé de vous dire qu’il a besoin de vos prières comme avez toujours su le faire», a-t-il dit.

En agissant ainsi, «nous recevons également les faveurs du Dieu Très Haut. Se resserrer et lui prouver que la haine et la méchanceté sont bien derrières nous», a-t-il fait savoir.

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *