Ali Bongo Ondimba : l’homme qui valait 1euro

La peau d’Ali Bongo ne vaut visiblement plus rien. Pour exemple, le journaliste et écrivain français, Pierre Péan a été condamné par la justice française à payer 1 euro de dommages et intérêts au fils « putatif » d’Omar Bongo, jeudi 5 octobre courant.

Dans son livre intitulé « Nouvelles affaires africaines : mensonges et pillages au Gabon » publié en 2014 aux éditions Fayard, Pierre Péan, journaliste et écrivain français accusait Ali Bongo de tentative d’assassinat. Celui de Jean-Pierre Lemboumba Lepandou, un ancien directeur de cabinet d’Omar Bongo, notamment.

Outre ce dernier, Pierre Péan accusait également le chef de l’Etat du meurtre de Georges Rawiri. Pour la précédente accusation, l’auteur français a été condamné par la justice française à payer 1 euro de dommages et intérêts à Ali Bongo. C’est dire !

Du reste, Sophie de Closets, éditrice chez Fayard et son auteur devront tout de même reverser 1000 euros d’amende chacun au président gabonais.

S’exprimant à l’AFP, Me Florence Bourg, l’avocate de Pierre Péan et de son éditrice, a trouvé la décision de justice «globalement très positive».

Pas évident que le locataire du Palais du Bord de mer se satisfasse de 2000 euros pour calmer sa frustration.

Etienne Varant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *