Assemblée Nationale/Front social: bientôt une enquête pour rattraper les «gabégistes» !

La coalition des syndicats des agents du ministère des transports et les organismes sous tutelle a bénéficié d’une audience avec le président de l’Assemblée Nationale, Faustin Boukoubi, mercredi, pour dresser la situation périlleuse qui prévaut au sein du secteur des transports, où semble-t-il que le ministre en charge refuse bec et ongle d’appliquer à la lettre la vision du dialogue social tant prônée par les plus hautes autorités en tête desquelles le Chef de l’Etat.

Trop c’est trop. La Coalition des syndicats des agents du ministère des transports et les organismes sous tutelle a décidé de sortir le grand jeu en allant tout simplement soumettre, l’état maladif actuel du secteur des transports au président de l’Assemblée Nationale. Et qui mieux qu’un représentant du peuple, pour mieux défendre ses droits.

«Nous avons tenté de rencontrer plusieurs fois le ministre des transports, Justin Ndoundangoye, qui nous a toujours répondu par un silence notoire. Donc, nous avons décidé de rechercher un autre interlocuteur en la personne du Président de l’Assemblée Nationale», a confié, Rodrigue Tsanga, président du syndicat des agents du transport terrestre (Syatrat).

La situation de la société gabonaise de transport (Sogatra) ne peut plus laisser aucune personne indifférente, tant les collaborateurs de cette entreprise cumulent à ce jour près de 7 mois d’arriérés de salaire avec notamment un enlisement du volet social.

Au bout d’une heure d’échange avec les représentants de la coalition, Faustin Boukoubi, a jugé par lui-même la gravité de la situation de Sogatra engendrée par une gestion scabreuse et chaotique, œuvre des différents directeurs généraux qui se sont succédés.

Par ailleurs, la coalition a également fait état au président de l’Assemblée Nationale de l’insécurité qui touche pratiquement tous les leaders syndicaux qui ont vécus ces derniers temps sous l’emprise de la répression mise en place par les directeurs généraux dudit secteur avec la bénédiction du ministre des Transports actuel.

Rodrigue Tsanga, porte-parole de la Coalition concernée a lui-même fait les frais de cette démarche antirépublicaine totalement contraire à la vision du dialogue social tant promue par les plus hautes autorités du pays.

Outre le cas Sogatra, les deux parties ont aussi évoqué la situation de la société handling partener Gabon (HPG), qui vient de licencier 75 de ses collaborateurs au mépris de leurs droits professionnels les plus élémentaires.

Faustin Boukoubi a pris acte des explications de la coalition et souhaite que celle-ci lui fasse parvenir une Fiche Technique de la Sogatra afin de mieux intégrer le degré de faillite de cette entreprise, que les partenaires sociaux souhaitent mettre sous la gestion d’un comité Ad Hoc tout en sollicitant du président de l’Assemblée Nationale l’ouverture d’une enquête pour déterminer les responsabilités. Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *