BLA, jusqu’où ira-t-il ?

Si la tournée de Brice Laccruche  Alihanga a été marquée par d’importants rassemblements à travers le pays, on peut dire que ses déclarations ont connu le même écho. Outre les messages du chef de l’Etat, qu’il a délivré, les gabonais ont également eu l’occasion de connaître la substance de sa pensée.

La récente tournée de Brice Laccruche Alihanga (BLA) à travers le Gabon a non seulement permis de faire le point, en certains domaines, mais aussi et surtout concouru à jeter des perspectives de développement plausibles. C’est ce qu’entendait Ali Bongo Ondimba.   Depuis l’incident sanitaire majeur intervenu à Riyad, en Arabie Saoudite, en octobre 2018, il avait besoin de s’adresser à chaque province…spécifiquement. Qui de mieux pour porter son message que BLA ? Il en a donc fait son porte-voix. Au-delà de la discrétion, de l’opiniâtreté et de la rigueur, le poste de Directeur de Cabinet du président de la République exige une autre qualité : le sens profond de la loyauté. Ces qualités, BLA les cumule. Dans ses interventions, il n’a pas cherché à voler la vedette au chef de l’Etat. Bien au contraire, des expressions, parfois à connotation dépréciatives ont été usitées avec une redondance qui n’est pas sans but. 

« Fusibles »

 « Et je le redis, nous sommes et nous resterons ses fusibles » avait-il dit avec  véhémence. 

Si le directeur de cabinet du président gabonais a souffert d’attaques, souvent ad hominem et de supputations de tous genre, ses prises de parole ont permis de lever bien des équivoques. Ils étaient devenus nombreux à prétendre l’idée d’une candidature à une présidentielle anticipée ou à venir, à sa faveur. Intervenant à l’occasion de la clôture de la tournée à travers le pays, Ali Bongo Ondimba lui-même avait été plus formel que jamais : « Je suis là avec vous durant ce mandat, et je serai toujours là, même pour 2023». Un moment de vive émotion où le chef de l’Etat s’adressait aux gabonais, dans des circonstances si particulières, aux allures de campagne. Voilà qui a été dit et qui a été retenu. Les gabonais l’ont bien intégré. De plus, cette idée de « fusibles » rend plausible la compréhension. Il faut entendre qu’Ali Bongo Ondimba reste le patron. Le seul à dire et à décider. Il est le maître du jeu. 

« Nous ferons toujours rempart pour repousser les coups. » 

Plus encore, le premier collaborateur d’Ali Bongo Ondimba se tient prêt à prendre les coups. Depuis le 25 août 2017, date à laquelle il a été nommé Directeur du Cabinet Présidentiel, en remplacement de Martin Boguikouma, BLA n’arrête pas de l’affirmer. Le président gabonais a souvent  reçu de violentes attaques. Pas seulement de l’opposition ou de la diaspora, mais aussi de ceux de son parti et de ses proches, non contents des orientations politiques engagées au bénéfice des populations, désormais plus exigeantes que par le passé. Au cours de ces dernières années, les revirements ont donc été légions, les transfuges font désormais chemin avec les ennemis d’hier. BLA le sait et n’hésite pas à rappeler qu’outre sa personne, ils sont désormais nombreux à se tenir comme rempart pour défendre le chef de l’Etat. « Nous ferons toujours rempart pour repousser les coups. » avait-il lancé lors de sa tournée Républicaine. 

Pour sûr, l’engagement de BLA auprès du numéro un gabonais n’est pas près de faiblir. 

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *