Bourses d’études :  Mathias Otounga Ossibadjouo doit être viré du PDG

Dans une publication largement critiquée sur les réseaux sociaux, Mathias Otounga Ossibadjouo, membre du bureau politique du Parti Démocratique Gabonais (PDG), parti au pouvoir, s’est chargé de porter une critique acerbe sur les nouveaux critères d’attributions des bourses, décidés par le gouvernement. Un point de vue diamétralement opposé à celui de sa formation politique. En l’état actuel des choses, l’ancien ministre devrait être purement et simplement désavoué par sa hiérarchie.

Intervention de plus, intervention de trop. C’est ce qu’on pourrait dire de la récente publication de Mathias Otounga Ossibadjouo, l’ancien ministre de la défense, membre du bureau politique PDG. Alors que la réforme est encore querellée, sans prendre le soin d’attendre la décision du secrétariat de son parti, celle de soutenir ou pas la nouvelle réforme sur l’attribution des bourses en République gabonaise, le nouveau député de la 13e législature s’y est insurgée.
Plus grave encore, l’ancien ministre dit être et « demeurer un fidèle du président Ali Bongo Ondimba » et que « rien ni personne ne changera sa position ». Question à 2000 euros : Peut-on prétendre être un soutient infaillible au chef de l’Etat et contester les décisions de son gouvernement ? Deuxième question à 2000 euros : Peut-on prétendre appartenir à une formation politique et faire des déclarations tous azimuts sans consultation de sa hiérarchie ?

Non, Mathias Otounga Ossibadjouo ne soutient pas, comme il le prétend, la majorité parlementaire, pas plus qu’il n’est un fidèle d’Ali Bongo Ondimba.
Lorsqu’il prétend avoir pour « job », en tant que député « d’évaluer les politiques publiques », à quel gabonais croit-il mentir ? Qui l’ancien ministre croit-il tromper ou séduire ?
Il est su de tous que la gestion de ce privilégié aux postes de ministre de la défense puis aux sports a été fortement chaotique. Une gestion abracadabrantesque qui a laissé des traces indélébiles.
Aujourd’hui député, Mathias Otounga Ossibadjouo croit pouvoir s’offrir une virginité politique. Mais les gabonais ne sont pas dupes. Chacun sait que son indignation des nouveaux critères d’attribution de la bourse n’est qu’une ironie de plus.
Sur les questions d’indisciplines, le PDG s’est souvent montré intransigeant envers ses « camarades ». Les dérives à répétition du membre du bureau politique du PDG devraient conséquemment aboutir à son exclusion.

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *