Conseil des ministres : Plusieurs C.Com  « véreux » virés !

De nombreux journalistes de la presse locale se sont réjouis du limogeage en cascade de plusieurs conseillers en communication « véreux », lors du dernier conseil des ministres du jeudi 18 juillet 2019. Des évictions qui apparaissent désormais comme la résultantes d’une « justice divine ».

Les limogeages intervenus à l’issu du conseil des ministres du jeudi 18 juillet courant ont reçu l’assentiment de plus d’un dans le paysage médiatique national. Pour beaucoup, ce doit être en raison des appétits «budgétivore» dans la gestion de la manne souvent consacrée à la presse.

«Ouf ! Enfin un grand soulagement. Avec le départ de ces conseillers en communication qui ont longtemps brillé pour leur arrogance, insolence, favoritisme et copinage» s’est réjoui une journaliste d’un média en ligne qui a requis l’anonymat. Il faut dire que les choses sont souvent présentées à couvert, par crainte de représailles.

«Comment ne pas se rappeller du cas Tony Engouma, alias, Makofi, alors conseiller en communication au ministère de la forêt, lequel ne se privait pas de se mettre plein les poches au détriment des organes qui suivaient régulièrement l’actualité dudit ministère?» a avancé un journaliste, employé d’une radio privée locale, lui recommandant d’ailleurs de reprendre le chemin de son église, Bethsaïda, où il jouerait le role de conseiller en comunication.

Un autre confrère témoigne sur le cas d’une ex-conseillère en communication, qui allait jusqu’à enfouir l' »enveloppe » de la presse dans ses paties intimes. D’aucuns relatent qu’il y a certains chargés en communication à avoir pratiqué le bourrage de listes des médias présents lors des évènements, ce pour gonfler les budgets.

C’est donc un vif satisfecit aux autorités qu’a poussé la coorporation des médias. La clairvoyance qui est intervenue dans le diagnostique du «flou artistique» de certains conseillers en communication qui, n’ont seulement pour certains ne connaissent pas leur rôle, mais qui boycottent par ricochet l’image des autorités ministérielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *