Donné pour mort, Ali Bongo continue « pourtant » de travailler

Depuis son retour sur Libreville, le chef de l’État n’a pas manqué de multiplier les apparitions, au palais du bord de mer. Ce jeudi 11 juillet encore, c’est en parfaite forme que les populations ont vu le numéro un gabonais arpentant quelques artères de Libreville et Akanda. En sa compagnie, Brice Laccruche Alihanga, son directeur de cabinet, et Fabrice Andjoua Bongo, le Directeur du Budget et des Finances Publiques.

Une apparition qui vient une énième fois tourner en dérision les propos de Jean Rémy YAMA, le président de la Confédération Syndicale Dynamique Unitaire (DU), désormais en fuite.

Autre fait majeur, le chef de l’État a reçu au Palais présidentiel plusieurs de ses collaborateurs, entre autres les Ministres des Affaires Étrangères; de la Défense Nationale; et celui de l’Intérieur et de la Justice, garde de sceaux.

Cette actualité vient non seulement battre en brèche les assertions, sommes toutes mensongères et grotesques, d’une certaine opposition, falacieusement estampillée « syndicat ».

« Ali Bongo Ondimba est mort » arguait-elle. La question fondamentale que chacun devrait se poser est plutôt celle de savoir les motivations réelles de ces « syndicats ». Si Ali Bongo est réellement mort, qui voit-on donc arpenter les rues de la capitale ? Qui reçoit donc les ambassadeurs, chefs d’États et autres autorités au Palais présidentiel ?

Des questions pleines de sens qui, convenons-en, mettent à nu les mensonges d’une opposition en quête d’existence puisque devenue aphone au fil du temps.

Le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba est résolument engagé à œuvrer à l’amélioration des conditions de vie de ses compatriotes. Le redressement entrepris au plan économique ces récentes années en est une preuve indubitable. L’assainissement des finances publiques et bien d’autres actions devraient concourir à terme, à conduire le Gabon vers le développement souhaité.

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *