Élections locales 2018: Renaud Allogho Akoue, tête de liste des candidats du département du Woleu.

Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) mise sur la jeunesse dans le département du Woleu, précision sur le fait mercredi 19 septembre courant, à l’intention de la présentation des candidats dudit département devant des militants, sympathisants et natifs du Woleu venus assister à la cérémonie. Comme tête de liste, Renaud Allogho Akoue.

Même si sans aucune expérience politique, Renaud Allogho Akoue se lance dans une bataille qu’il se doit d’être victorieux, s’il souhaite faire partie de ceux qui gèreront le pays jusqu’en 2023. Comme l’a précisé un allié : « Les résultats de ces élections détermineront ceux qui vont gérer le pays. Si nous voulons participer à la gestion du pays, il faudra que nous soyons présents», a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Il n’y a pas d’élections avant 2023», voilà qui est dit.

Constitué d’une trentaine de colistiers, l’équipe du « novice » ne manque pas d’arguments. C’est un mélange de jeunes et d’anciens, car il sait que sans l’expérience, rien n’est gagné d’avance même si on appartient au « parti de masse ». Son équipe devra batailler sans relâche face à une opposition déterminée. Leur «victoire» ne pourra se faire sans l’appui d’hommes et de femmes d’expérience, à l’instar de Clémence Mezui qui pèsera nul doute de tout son poids lors de ces élections, afin de permettre aux candidats retenus de se rapprocher de la victoire finale.

Les ressortissants du département du Woleu au moment de la déclaration

La tête de liste s’est voulue rassurante sur la capacité de son équipe à venir à bout de ceux qu’ils appellent « vendeurs d’illusions». Pour lui, ces derniers ne pourront jamais avoir les moyens conséquents pour aider la population du Woleu, et donc il serait intelligent pour la population de cette localité de miser sur le Parti au pouvoir, seul gage de sécurité pour l’amélioration de leur condition de vie. « Je ne vois pas où ils trouveront de l’argent, sauf si Bill Gattes leur donnait des milliards. Ce qui serait un miracle. Mais les miracles, je m’en méfie », a-t-il lâché.

La stratégie pour leur campagne est connue, faire du porte à porte. « Nous constituerons des groupes dans chaque village, pour faire du porte à porte», dixit Allogho Akoue.

Le natif du Woleu sait que lui et ses colistiers n’ont pas droit à l’erreur, s’ils souhaitent poursuivre les actes « qui ont déjà été faits» dans le Woleu par leurs prédécesseurs.

Jessy Mboukou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *