En prélude à la célébration de l’indépendance, an 60, Dieudonné Minlama Mintogo s’adresse aux gabonais

A l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance du Gabon, Dieudonné Minlama Mintogo, leader d’Ensemble Pour la République, ancien Candidat à l’Election Présidentiel de 2016, a tenu à attirer l’attention des gabonais. Le contenu ci-dessous publié in extenso.

Mesdames, Messieurs,

Gabonais et Gabonaises, Mes Chers Compatriotes;

Aujourd’hui, le Gabon, notre pays, débute la commémoration des festivités marquant  les   soixante (60) ans  de son accession   à l’indépendance. Dans la vie d’un homme, soixante (60) ans, en général, c’est le temps  de la retraite.

La retraite, c’est le temps des interrogations, le temps des évaluations, le temps du bilan, le temps des leçons. En somme c’est le temps des regrets pour les uns et,  pour les autres,  c’est le temps de la contemplation et de la jouissance. En clair,  c’est le temps de la Vérité pour tout le monde !

Dans la vie, d’une Nation, pour certains,  60 ans  peut paraitre  jeune, le plus souvent, pour justifier échecs ou ratés, mais pour les autres,  60 ans c’est  le temps qu’il faut !

Le temps  qu’il  faut pour développer  un pays. C’est le temps qu’il  faut pour doter un pays d’infrastructures  essentielles.  C’est le temps qu’il  faut pour  doter un pays  des institutions fortes et justes. C’est le temps qu’il  faut pour sortir son peuple de la précarité. C’est le temps qu’il faut pour  forger une conscience nationale forte au sein de la population.  En conclusion, d’une manière ou d’une autre, soixante (60) ans c’est le temps de la Vérité pour un Pays !

Aussi, j’appelle les Gabonaises et les Gabonais  à consacrer ces moments de festivités à la réflexion, l’introspection, à la méditation : au bilan !

Ce bilan ne doit pas être  un simple procès  pour ceux qui ont géré pays ou pour ceux qui le gèrent en moment.  Ce bilan doit aussi prendre en compte l’implication de chacun de nous dans notre propre construction en tant que Etre humain, dans la construction de notre famille, dans la construction du pays. Ce bilan doit nous amener à sortir de la léthargie et,  des postures défaitistes et fatalistes. Ce bilan doit nous amener à  fixer pour nous mêmes, pour nos familles et pour notre pays : un nouveau cap, des nouvelles  résolutions et un nouvel état d’esprit. Personne ne viendra développer le Gabon à notre place ! C’est le temps pour chaque gabonais de prendre ses responsabilités pour lui-même, pour sa famille et pour le pays !

Soixante (60) ans, c’est aussi le temps, pour les dirigeants, les acteurs politiques, la Société Civile, tous les leaders d’opinion et les acteurs au développement  de s’arrêter,  de mettre  de coté leurs intérêts  et  leurs égos et, de  s’asseoir ensemble autour d’une table pour parler du Gabon. C’est  le temps de s’asseoir non pas pour se partager des postes et des privilèges, comme certains aiment bien le faire, mais pour faire un bilan, sans complaisance,  secteur par secteur de nos soixante (60) ans d’indépendance et définir ensemble, unis dans la concorde et la fraternité, un nouveau cap et de nouveaux horizons pour notre pays.

Bonne fête de l’indépendance à tous !

Vive la République !

Vive le Gabon !

Que Notre Dieu  Tout Puissant protège et bénisse le Gabon !

Je vous remercie.

Une réflexion sur “En prélude à la célébration de l’indépendance, an 60, Dieudonné Minlama Mintogo s’adresse aux gabonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *