Enseignement supérieur : Moukagni Iwangou au contact des acteurs du secteur pour une meilleure année académique

Le ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et du transfert des Technologies, Jean de dieu Moukagni Iwangou, a tenue, mardi, à son cabinet, une séance de travail avec les acteurs du monde de l’enseignement supérieur. Objectif, faire le point sur la rentrée académique 2019-2020.

C’est en prélude de la rencontre avec le premier ministre, Julien Nkoghé Bekalé le lundi 14 Octobre prochain que Jean de dieu Moukagni Iwangou a invité les recteurs des universités, les directeurs généraux des grandes écoles, les syndicats de l’enseignement supérieur et la mutuelle de l’université Omar Bongo (UOB) pour décliner une feuille de route en rapport avec la rentrée académique imminente.


«J’ai du plaisir à vous retrouver chacun dans sa sensibilité ce jour pour ensemble jeter les bases de ce que devrait être l’expression de notre université. Dans cette année de cinquantenaire, nous avons la responsabilité de pouvoir effectivement donner à notre université la configuration qu’elle mérite», a déclaré, le ministre de l’enseignement supérieur.

Pour lui, l’université est le temple de la science et de la connaissance. C’est un espace dans lequel les gens savent échanger y compris sur leur différence. A-t-il indiqué, avant d’ajouter: «Nous avons appelé à une sorte de concorde civile au sein des acteurs de l’enseignement supérieurs en indiquant qu’on doit nous retrouver si tant est que l’université est l’intérêt commun de l’ensemble de cette composante. À partir de ce regard là, nous n’avons que des solutions à explorer à partir d’aujourd’hui pour qu’à l’échelle face au premier ministre, l’université gabonaise puisse parler d’une voix forte et précise». 


Jean de dieu Moukagni Iwangou a également souligné que l’université doit prendre sa responsabilité devant la constitution de la nation. «Parce que la nation attend beaucoup sur la nation. Et nous avons pris l’engagement à partir de ce soir pour voir qu’elle est la part que l’université doit apporter dans la constitution de cette nation», a-t-il dit.

Selon la vice-présidente du Syndicat  national des enseignants-chercheurs (SNEC), Nathalie Sima Eyi, cette rencontre avec la tutelle a permis de préparer les assises de lundi prochain avec le chef du gouvernement.

«Le premier ministre souhaite rencontrer toutes les composantes de l’enseignement supérieur afin de débattre en toute objectivité et sans tabou les plaintes qui minent ce secteur. Et surtout trouver des perspectives et des sorties de crises au niveau de l’enseignement supérieur», a-t-elle expliqué.

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *