Enseignement supérieur /UOB :Le calendrier de la suite du second semestre connu

La rentrée administrative prévue pour ce lundi 16 septembre à l’université Omar Bongo (UOB) a été l’occasion pour l’administration du temple du savoir de mettre fin au suspense qui planait au-dessus des têtes des étudiants de cet structure universitaire depuis au moins trois mois. Eh oui, le décanat a publié via une note signée du doyen à l’attention des usagers de cette université, le calendrier de la Faculté des lettre et des Sciences humaines (FLSH) relatif à la poursuite et à la fin des activités pédagogiques du second semestre de l’année académique 2018-2019: Du lundi 23 septembre au vendredi 25 octobre 2019, soit une durée de cinq semaines.

Alors que le calendrier de la grève des enseignants avait indiqué que les cours seraient suspendus jusqu’au 31 septembre 2019, le temps d’évaluer le niveau d’avancement des négociations avec le gouvernement, sinon elle se prolongerait en cas de non accord concret entre les deux parties engagées dans un bras de fer sans répit. Une situation qui avait eu pour conséquence de plonger les populations estudiantines de la plus grande université du pays et d’autres structures universitaires du même ordre dans un total désarroi. Car leur avenir à tous était au regard de la tournure des événements, complètement mis en danger: Un air d’année blanche se pressentait .

Mais contre toutes attentes, le vendredi 13 septembre 2019, le gouvernement gabonais en a décidé autrement. En effet, il a fait un pas de géant en régularisant les situations administratives de 78 agents de l’État du ministère de l’enseignement supérieur, plus spécifiquement les enseignants chercheurs et techniciens de recherches. Outre ces derniers, il y avait aussi 880 enseignants régularisés pour le compte de l’éducation nationale, et enfin 55 agents du ministère de la santé.

La régularisation des situations administratives de ces enseignants du supérieur n’est pas étrangère à cette brusque reprise des activités pédagogiques du second semestre à l’UOB. En effet, nul doute que bon nombre d’enseignants de cette Université sont désormais fixés sur leurs différentes situations administratives au stade où nous en sommes.

Jessy Mboukou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *