Front Social : la Cogasyc rejette l’idée d’une grève des commerçants

Le secrétaire exécutif de la confédération gabonaise des syndicats des commerçants (Cogasyc), Abbas Nziengui Mabika, a animé un point-presse, samedi 14 Décembre 2019, à son siège social d’Owendo. Il a surtout axé ce rendez-vous avec les médias locaux sur la décision prise par le bureau de l’Union syndicale des acteurs  du commerce (Unsac) d’appeler à une grève générale dès Lundi.

Le bicéphalisme qui existe depuis quelques mois au sein des syndicats des commerçants a connu un tournant samedi dernier. En effet, quelque temps après la tenue de l’assemblée générale extraordinaire de l’Unsac conduite par le secrétaire général, Jonas Mounienguet Mbembo, avec comme principal point d’achoppement le lancement dès lundi 16 Decembre, une grève générale des commerçants.

Venant à soutenir son argumentation, Mounienguet Mbembo, a évoqué les contrôles intempestifs dont sont soumis ses adhérents lesquels, selon lui, ne reposeraient sur aucune base.

«Mais, depuis près neuf mois, les commerçants de Libreville voient leurs biens pillés et leurs intimités violés par des brigades anarchiques et incontrôlées de l’Inspection Générale Municipale au mépris de la loi», a-t-il argumenté.

Alors qu’on en était là, voilà que le secrétaire exécutif de la confédération gabonaise des syndicats des commerçants, Abbas Nziengui Mabika, s’est prononcé pour tancer l’attitude adoptée par les responsables de l’Unsac qui appellent à une grève générale des commerçants.

Selon lui, les autorités de l’hôtel de ville de Libreville ne doivent pas être assimilé comme des adversaires mais plutôt comme des potentiels partenaires, ce qui sous-entend qu’un dialogue franc et constructif doit être instauré entre les deux parties.

«Le maire de la commune de Libreville, Léandre Nzue, a donné un canevas de travail, il les a demandé de lui fournir chaque fin du mois un bilan d’activités», a-t-il ajouté.

Pis, le syndicaliste en chef a appelé tous les commerçants à vaquer librement à leurs occupations lundi, et regrettant l’attitude de ses collègues, il a brandi les dispositions de l’article 268 du code de travail qui indique que «le syndicat a pour objectif exclusif l’étude et la décence de droit ainsi que la défense individuelle et collective de ses membres».

Au moment où nous mettons sur presse, une rencontre entre le directeur général du commerce, Jean François Yanda et le bureau de l’Unsac, s’est tenue. Le DG a demandé aux syndicalistes d’annuler leur mouvement de grève.

Aimé Serge Boulingui

Une réflexion sur “Front Social : la Cogasyc rejette l’idée d’une grève des commerçants

  • 15 décembre 2019 à 23 h 24 min
    Permalien

    Les commerçants veulent les résultats qui visent à garantir la sérénité et la sécurité dans l’exercice de leurs activités et non leur créer des situations conflictuelles. Dans ce sens nous devons aider le Mairie à nous aider, à aider nos membres. Car conformément à l’article 268 de ordonnance n°018/PR/ 2010, ratifié par la loi n° 021/2010 du 27 Février 2010, le syndicat professionnel a pour objet exclusif l’étude et la défense des droits ainsi des intérêts matériels, moraux et sociaux tant collectifs qu’individuels de ses membres.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *