Front social: La fesyrefaa annonce une grève de 48h à compté du 22 mai

Le ton est à nouveau monté d’un cran du côté des régies financières par voix de la Fesyrefaa qui condamne désormais la durée prises par les négociations.

« Depuis qu’on négocie, il n’y a pas toujours eu des conclusions » , s’est outré Mvou Ossialas Wilfried Erisco, porte-parole de la Fesyrefaa.

Vue des grévistes désormais sur le pied de guerre.

Pour ce dernier, cette situation peut se comprendre de deux manières. D’une part, des autorités faisant dans la langue de bois sans un véritable déterminisme à vouloir régler les sempiternels problèmes des régies financières. Et ce, malgré le délai de trois (3) mois fixé par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

Aujourd’hui ce délai excède les sept (7) mois et devient de facto une source de découragement pour les régies financières membres de la fesyrefaa.

Mvou Ossialas et les siens sont véritablement déterminés à mener l’affront final. Ça passe ou ça casse, pourrait-on dire, quand on sait le ton dans lequel s’est déroulée cette Assemblée générale placée sous le sceau de Dieu. Et pour cause, les régies financières sont amputées de leurs primes particulièrement la prime de performance budgétaire, dont la fesyrefaa demande de savoir les clés de répartition.

Trop c’est trop, la fesyrefaa attend désormais un décret présidentiel qui viendrait rendre obligatoire leurs primes. Elle donne 48h à l’autorité compétente pour s’aligner à cette doléance qui se présente à l’avenir comme une mesure irrévocable. Faute de quoi, une grève générale sera actée par la fesyrefaa.

D’autre part, pour que ce combat final atteigne les objectifs escomptés, le syndicat des régies financières souhaite un retour de la marée humaine dans ses rangs.

Alain Michel Mbina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *