Front social : l’intersyndicale des régies financières et le groupement G23 favorables au dialogue et à la concertation

Comme annoncé il y a quelques jours, l’intersyndicale des régies financières et le groupement syndical G23 ont animé un point-presse, ce mardi 19 Novembre à Libreville. Celui-ci a porté sur l’observation à mi-parcours de la démarche initiée par des syndicats de regies financières par rapport à leur cahier de charge déposé depuis plusieurs jours au cabinet du ministre de l’économie, des finances et des solidarités nationale.

Plutôt que de rentrer en grève générale illimitée, comme leurs collègues pour réclamer la satisfaction par le ministre de l’économie, des finances et des solidarités nationale des points de revendications contenus dans leur cahier des charges, l’intersyndicale des régies financières et le groupement syndical G23, a opté pour la mise en place d’un cadre de dialogue et de concertation.

Face à la presse nationale et internationale ce mardi, Judicaël Mbadinga, porte-parole de l’intersyndicale qui était entouré de quelques membres de sa corporation, a eu à dénoncer avec vigueur, l’absence à ce jour des réponses à leurs multiples correspondance en plus de regretter le silence observé jusque-là par le ministre l’économie, des finances et des solidarités nationale.

«Face au mutisme observé par notre hiérarchie à nos différents requêtes un appel au rassemblement et à la mobilisation de nos différentes bases à été lancé le lundi 04 Novembre 2019 par nos deux structures syndicales», a soutenu Judicaël Mbadinga, par ailleurs, président du syndicat modèle de l’économie gabonaise (Symega).

Pis, il s’est félicité de la mobilisation des syndiqués des régies financières pour parvenir à la satisfaction totale de leurs revendications. C’est le cas notamment, a-t-il expliqué, du syndicat des professionnels des impôts (SPI) qui a tenu son assemblée générale, le 11  Novembre dernier, au sortir de laquelle une grève générale a été décrétée.

Le syndicaliste en chef, Judicaël Mbadinga, s’est également réjoui du comportement responsable des agents de l’administration douanière ainsi que celles des agents judiciaires de l’État, et ceux de la direction de la dette qui continuent de parler d’une même voix pour un objectif commun. Dans cet ordre il a annoncé la tenue, la semaine prochaine, d’autres assemblées générales.

Dans cet ordre d’idées et tout en marquant sa reconnaissance au ministre l’économie, des finances et des solidarités nationale qui, selon lui, ne cesse de «manifester sa bonne volonté à trouver des solutions idoines et pérennes aux problèmes des agents de son département ministériel», a lancé un vibrant appel en direction de tous les leaders syndicaux des régies financières afin qu’ils rejoignent la table de discussion pour engager un dialogue franc et sans tabous sur tous les problèmes inscrits dans leur cahier des charges.

À noter que, parmis les points de revendications communs aux deux intersyndicaux des régies financières, il y a : la régularisation des situations administratives de plus de six cent (600) agents stagiaires actuellement en grève au ministère de l’économie et de finance, l’harmonisation des grilles relatives à la prime de performance budgétaire (PPB), l’examen du cadre juridique, sans omettre, l’absence d’un canevas formel du dialogue social au sein du ministère en dépit de la lettre de recommandation du premier ministre qui a instruit chaque ministre à la mise en place d’un cadre de dialogue social et de concertation au sein de chaque entité administrative.

Alain Mayita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *