Gabon/Législatives 2018: La HAC prévoit les dispositions adéquates pour la couverture médiatique

Suite à la promulgation de l’ordonnance n°00000010/PR/2018 du 23 février 2018 portant organisation et création de la Haute autorité de la communication (HAC), une délégation de ladite institution a été conduite par son président, Ntoutoume Nkoghe Raphaël, du 20 au 21 juillet courant, à Port-Gentil, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Maritime. Objectif, informer et sensibiliser les responsables des médias locaux quant à la nouvelle réorganisation juridique et administrative du secteur de la communication audiovisuel, la presse écrite et la presse en ligne en République gabonaise.

C’est à la faveur d’une séance plénière tenue le 23 juillet, au siège de la Haute autorité de la communication, sise dans le 3ème arrondissement de Libreville, que trois points ont fait l’objet de la rencontre. Notamment, l’examen et adoption du projet du procès-verbal de la séance plénière du 18 juillet 2018; le compte rendu de la mission de la Hac à Port-Gentil et les divers.

Au cours de la réunion, le président de la HAC a fait part aux responsables des médias de son souhait de s’appuyer sur leurs installations et autres équipements, tout au long du déroulement de la campagne compte tenu de l’expertise dont dispose ces médias.

Ensuite, il a rappelé l’interdiction par la loi, de procéder aux sondages quant à la proclamation des résultats électoraux. À ce sujet, il a renchéri que la proclamation des résultats incombe aux entités administratives compétentes.

Et «si la Haute autorité de la communication s’est réjouie de la qualité du travail et de l’accueil qui ont prévalu avec les médias Canal Delta et Top Vendue, force a été de constater le manque de courtoisie dont ce sont rendus coupables les responsables des médias qui n’ont pas jugé nécessaire de recevoir la délégation de la HAC», a indiqué Raphaël Ntoutoume Nkoghe, ajoutant que «un comportement qui n’est autre que la traduction manifeste d’un manque d’égards à l’endroit d’une institution, constituant ainsi une violation flagrante des dispositions de l’article 2 de l’ordonnance sus-indiquée».

En application des effets combinés des articles 2, 4, 41, 45, 47, et 49 alinéas 2, de ladite ordonnance, la HAC a décidé de suspendre les médias pour une durée de trente (30) jours.

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *