Gabon: l’énergie au centre des échanges à Libreville

L’échange d’informations énergétiques entre les États membres et les communautés économiques régionales d’Afrique fait l’objet d’un atelier régionale de formation sur la «collecte de données des statistiques énergétiques et l’efficacité énergétique du secteur résidentiel» au profit des points focaux nationaux de la commission africaine de l’énergie (AFREC).

C’est à Libreville le mardi 23 Octobre courant, que le ministre gabonais de l’eau et de l’énergie, Patrick Eyogo Edzang a ouvert les travaux de l’atelier régionale de formation sur la «collecte de données des statistiques énergétiques et l’efficacité énergétique du secteur résidentiel».

Pour le ministre gabonais, cet atelier vise non seulement à collecter des données africaine des indicateurs d’efficacité énergétique du secteur résidentiel mais également de faire l’élaboration du bilan énergétique national en mettant l’accent sur les calculs d’émissions de Co2.

Cette troisième rencontre de trois jours, après celles organisées en Algérie et en Égypte, rentre dans la droite ligne du programme des activités de l’AFREC de l’année 2018. A indiqué Patrick Eyogo Edzang, martelant qu’«elle consiste à créer la Base de Données des indicateurs d’efficacité énergétique du secteur industriel et à renforcer les capacités des Points Focaux Nationaux à la collecte de données sur les statistiques et l’efficacité énergétique du secteur».

Par ailleurs, a-t-il dit, que le système d’information énergétique africain et la base de données (SIEA), cadre parfaitement avec la préoccupation du président de la République, Ali Bongo Ondimba qui, selon lui, a proposé à la nation gabonaise un nouveau projet de société «l’avenir en confiance» et une nouvelle ambition: faire du Gabon un pays émergent d’ici 2025.

«Cette vision nouvelle est présenté de façon concrète à travers le plan stratégique Gabon émergent (PSGE) dont les fondamentaux (objectif 2 et 5) en matière de gouvernance publique, sont en étroite corrélation avec la SIEA», a-t-il fait savoir.

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *