Gabon: Les travailleurs affiliés à la Cosyga sur le pied de guerre

Rien ne va plus à la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga). Entre les travailleurs affiliés à cette structure syndicale et Philippe Djoula, le secrétaire général, les rapports sont on ne peut plus conflictuels. Le week-end écoulé a été l’aboutissement d’un ras-le-bol longtemps contenu.

Le samedi 25 juillet dernier, ils ont été nombreux à fustiger, de manière farouche, l’attitude de Philippe Djoula, dont il a été fait le reproche d’avoir mis sous scellés la salle d’éducation ouvrière, et ce, depuis près d’une année.

De fait, incapables de mener des activités d’éducation ouvrière, lesquelles sont pourtant indispensables pour les travailleurs, une insurrection a donc été la seule voie de recours pour ces hommes et ces femmes agacés des agissements de leur secrétaire général.

Outrés que dans le même temps, sieur Phillipe Djoula ait cédé le même espace à une église de réveil pour y célébrer des cultes et ce, moyennant un paiement, les travailleurs n’ont pu contenir très longtemps leur courroux.

Un quiproquo qui a conduit à un assaut des lieux par les travailleurs affiliés, qui ont détruit les cadenas dans l’intention de redonner à tous l’accès aux lieux.

Une montée au créneau qui a, à priori conduit à « mettre un terme à l’impact de la guerre des chefs, que se livrent les responsables de cette confédération syndicale, sur les intérêts matériels et moraux collectifs des travailleurs ».

Vue des travailleurs, peu après la prise du lieu demeuré inaccessible

« Nous sommes un peu gênés de savoir que l’Etat subventionne les formations des travailleurs, et que la salle demeure close depuis janvier 2019. Aussi, nous sommes arrivés ce matin pour ouvrir de façon symbolique cette salle et relancer les programmes de formation ouvrière » a déclaré Mathieu Mabidi du syndicat national des agents des hôtels et palace.

« Nous réclamons uniquement la formation, parceque c’est grâce à elle que les travailleurs peuvent se défendre face à leurs employeurs » ont déclaré Le syndicat national des travailleurs du conseil gabonais des chargeurs (synatra-CGC) et le syndicat autonome des ouvriers du transport et des activités connexes du Gabon (Saoteg).

Appuyant cette descente musclée des travailleurs, Jocelyn Louis Ngoma et Wenceslas Mba Nguema, tous deux responsables syndicaux de la Cosyga ont confié  » Nous tenons à rappeler qu’une organisation syndicale fonctionne avec des mandataires sociaux choisis par les travailleurs pour agir en leur nom et en leur qualité. Donc, lorsque les travailleurs décident d’envahir la Cosyga, c’est tout à fait leur droit. Nous ne sommes pas propriétaires en tant que premiers responsables. Nous avons été simplement mandatés pour représenter les intérêts des travailleurs. C’est donc tout à fait légitime ce qui se produit aujourd’hui ».

Pour rappel, l’élection très contestée de Philippe Djoula au poste de secrétaire général a engendré depuis janvier 2019, un bicephalisme ambiant au sein de la Cosyga, rendant toute action inerte et toute atmosphère invivable.

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *