Kévazingogate : Maganga Moussavou chef de gang

L’affaire inhérente au détournement de 353 conteneurs de Kévazingo n’a pas fini de retentir. Selon toutes révélations, Maganga Moussavou, le vice-président de la République serait le cerveau d’un vaste réseau de détournements, ce avec la complicité de Guy Bertrand Mapangou un membre du gouvernement.

Maganga Moussavou, le vice-président de la République serait bien trempé jusqu’à la moelle, dans l’épisode de la disparition des 353 conteneurs de Kévazingo. Déjà, le soupçon rebondissait depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, ce par les assertions de compatriotes aux faits du dossier. Dans une lettre datée du 16 mai courant, le cabinet du vice-président de la République réagissait déjà dans l’optique de blanchir ce dernier. Une tangente qu’empruntera également Guy Bertrand Mapangou, précisant qu’il « ne se sent en rien concerné  par cette affaire».

D’après nos sources, les 353 conteneurs n’auraient pu disparaître sans les appuis du ministre de la Forêt, Guy Bertrand Mapangou, d’une part et Pierre Claver Maganga Moussavou, d’autre part.

Une affaire rocambolesque dans laquelle personne n’aurait un seul instant songé à l’implication de deux fortes figures de la République.

Dans son communiqué, le gouvernement avait été parfaitement audible sur cette question. Tous les hauts fonctionnaires de l’administration publique, de même que les membres du gouvernement impliqués dans cette affaire devront répondre de leur crime.

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *