La DGST-EAU capitalise sur ses ressources humaines

Pour le perfectionnement de ses agents, la Direction générale des services techniques de l’environnement et aux Aménagements urbains (DGST-EAU) a ouvert, mardi, à Libreville, une formation forte d’une quinzaine d’ateliers avec l’ensemble de ses collaborateurs.

Devant s’étaler sur une huitaine de jours, le séminaire de formation des agents de la DGST-EAU intervient alors que les fondements et missions de cette direction ont été salués par les hautes instances de la République. Et ce, depuis les états généraux de 2011 qui avaient mis à nu les différentes problématiques dans la gestion urbaine de nos cités et dont le phénomène le plus criard se nomme insalubrité.

L’occasion pour Célestin NDONGD, Directeur Général de la DGST-EAU, lors de son propos circonstanciel de dresser un constat amer de ce phénomène qui a déjà suscité à ce jour moult tentatives de réponse mais à chaque fois sans parvenir à venir à bout. Il indique à ce sujet : «nous avons en souvenir quelques grands slogans qui accompagnent ces opérations de lutte contre l’insalubrité dans la ville, à savoir, opération libérez les trottoirs, les opérations coup de poing et celles liées à la journée citoyenne».

Par conséquent, le commun des citadins a été souvent désabusé par cette situation, qui, il faut le dire, a également vue naître plusieurs coopérations avec des sociétés en charge de la gestion des ordures ménagères et industrielles. On citera entre autres : SGA, ALCI, Clean Africa et aujourd’hui AGLI, SOVOG, AVERDA dont les différentes actions ont plutôt démontré leur limite.

De fait, on ne peut occulter tout le pesant d’or qui entoure la démarche professionnelle de la DGST-EAU dont le seul souci est de contribuer au renforcement de capacité des agents des mairies et des collectivités locales afin de mieux intégrer les problématiques liées à la gestion urbaine.

En clair, la DGST-EAU se présente aujourd’hui comme une solution alternative et urgente notamment pour une ville comme Libreville et ses environ au regard de l’exhaustivité de ses compétences qui permettront à cette super-direction de mieux coordonner l’action urbaine notamment en suggérant des lois plus appropriées à chaque contexte pour qu’on s’ouvre enfin à des meilleures conditions de vie des citoyens.

C’est par ailleurs à juste titre, si lors de cette rencontre d’ouverture avec les séminaristes, le Directeur général de la DGST-EAU, Célestin NDONG a bien voulu installer les responsables de chaque atelier afin de situer toute l’importance des uns et des autres dans la réussite dudit séminaire.

Alain Michel Mbinah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *