Menace de grève dans la santé : le Synaps et le Synapha s’insurgent contre !

Dans une déclaration, au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL), les membres du syndicat national des personnels de santé (Synaps) et ceux du syndicat national des agents d’hygiène publique et d’assainissement (Synapha), se sont insurgés, lundi 24 Février 2020, contre l’attitude «belliqueuse» de certains syndicats qui, d’après eux, appellent à la grève nationale sur la question épineuse de la prime d’incitation à la performance (PIP) pour laquelle les négociations vont bon train.

«Quant à la question de la PIP, le Synaps et le Synapha, membres de la coalition des syndicats de la santé n’ont cessés de négocier. Car la force d’un syndicat se détermine aussi dans sa capacité de négocier en vue d’obtenir l’objet de sa revendication sans être obligé de faire recours au dernier moyen», a déclaré, le syndicaliste en chef, Serghes Mickala Moundanga.

Pour lui, le syndicat national des personnels de santé et le syndicat national des agents d’hygiène publique et d’assainissement, ne se reconnaissent pas dans cette démarche qui ne favorise pas une avancée des discussions avec le gouvernement. Mais par contre, il invite l’ensemble du personnel, à savoir, médecins, infirmiers, sages-femmes, radiologues, biologistes, et autres, de poursuivre la dispensation des soins aux patients et les assure, par ailleurs, de continuer les négociations avec le gouvernement pour un paiement dans les brefs délais.

«Nous ne sommes pas en grève et allons sillonner les structures pour y veillez», a-t-il dit, avant de conclure: «lorsque nous déciderons de suspendre nos activités si cela s’avère nécessaire, nous fermerons non seulement les structures sanitaires, mais aussi celles de la prévoyance sociale avec à la clé une déclaration de grève adressée au premier ministre, chef du gouvernement».

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *