Municipalité/Curage des caniveaux : Léandre Nzué appelle à la prise de conscience des librevillois !

Le maire de la commune de Libreville, Léandre Nzué, accompagné d’une forte délégation municipale, a procédé, lundi 06 Janvier 2020, au lancement de l’opération de curage de caniveaux du Boulevard Jean-Paul II, sise dans le 2ème arrondissement de la capitale gabonise. 

Cette opération qui a débuté devant l’école publique Martine Oulabou, a pour principal objectif de rendre propre non seulement la ville, mais aussi de se prévenir contre les inondations à l’orée des fortes pluies.

L’initiative saluée par le patron de la commune de Libreville permettra aux eaux sales et celles de pluies, de s’écouler plus facilement. Ce qui, selon lui, va permettre d’éviter les inondations constatées de par le passé.

Léandre Nzué voit en cette opération, un signal fort qui est donné à l’ensemble des habitants de la ville de Libreville afin que chacun prenne la responsabilité de rendre propre sa devanture. À l’en croire, c’est par les actes que chacun de manière individuelle va poser, qui vont permettre à toute la société de profiter de cette salubrité.

«Ce canal est le principal exutoire de la ville de Libreville. La majorité des eaux sont drainées par ce canal, pourtant il est bouché par les immondices», a déploré, Léandre Nzué, soulignant que les caniveaux ne sont pas des poubelles.

C’est dans cette optique qu’il a invité à la prise de conscience des populations. Pour lui, il faut que habitants de Libreville adoptent de bonnes habitudes. Notamment, celles de nettoyer devant leurs portes et à jeter les ordures dans les poubelles.

Ses propos ont été entièrement partagé par Armand Dagraça, l’inspecteur général municipal, qui a lui aussi insisté sur la sensibilisation. Il pense qu’il est impératif que chacun veille à ce que sa devanture soit propre.

«Quel que soit les moyens qui seront mis en place par la mairie de Libreville pour nettoyer la ville, s’il n’y a pas un changement de comportement dans les actes de tous les jours, on aura nettoyé en vain», a-t-il soutenu. Il a été donc catégorique : «pour que nous puissions arriver à atteindre les objectifs idéals de salubrité, il faut que chacun y mette du sien».

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *