Opération Scorpion/Affaire Samu Social Gabonais : la structure va à vau-l’eau 

La création il y a quelques années du samu social gabonais avait suscité de l’espoir dans l’opinion tellement, pour le gouvernement, il fallait trouver un moyen pour aider les populations dans le cadre d’une prise en charge sanitaire rapide.

Mais force est de constater que cette structure n’est plus que l’ombre d’elle-même avec d’une part, le licenciement abusif des employés et d’autre part, un matériel roulant devenu obsolète.

À ce jour, de nombreux agents du samu social gabonais crient famine car cumulant plus de 20 mois sans salaire. L’autre fait marquant est que la succursale basée à Oyem dans le Woleu-Ntem, a fermé depuis plusieurs mois et ses employés mis au chômage. À priori, le gouvernement est interpellé dans ce qui convient aujourd’hui d’appeler «affaire du samu social gabonais».

En effet, l’opinion est aujourd’hui éberluée mise au fait que la coordination générale du samu social Gabonais n’est plus que l’ombre d’elle-même. Car son fonctionnement s’inscrit depuis quelques temps en pointillé.

Alors la question qu’on se pose est celle de savoir où est actuellement Wenceslas Yaba ?

Seulement si les supputations sont fondées, il serait alors incompréhensible que le coordinateur général puisse encore tenir le coup, surtout qu’il n’a jamais dressé un quelconque bilan de la structure qu’il gèrerait pratiquement dans l’opacité.

Comment comprendre autrement qu’au samu social gabonais il n’y a ni coordinateur général adjoint, ni directeur technique (DT), ni directeur administratif et financier (DAF), encore moins un agent comptable ? Entre temps, le docteur Wenceslas Yaba qui occupait également les fonctions de directeur général adjoint 2 au Centre un hospitalier Universitaire de Libreville (CHUL), reste le seul commandant à bord.

Alors que les ex-agents licenciés avaient saisi le procureur de la République par lettre datée du 12 Décembre 2019 et intitulée en objet, «demande d’intervention de sortir du territoire gabonais jusqu’à droit connu de la procédure devant le juge social contre Yaba Wenceslas coordinateur général du samu social gabonais».

L’homme n’a pas fait fi de cette missive car ayant voyagé sur la France quelques jours après et n’est rentré que jeudi le 11 Janvier 2020.

Le comble dans cette affaire est que personne ne sait où vont les fonds des subventions de cette structure ? En plus, les employés dénoncent leurs non prise en charge au niveau de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) et la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Voilà autant de maux dénoncées par les ex-employés du samu social gabonais et de nombreux gabonais attendent qu’un audit interne soit diligenté afin de fixer l’opinion sur la gestion de cette unité qui jadis avait suscité de nombreux espoirs au sein des populations. No comment.

Affaire à suivre…

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *