Réaction au Discours à la nation du 17 août 2018: la « bourde » de Jean Gaspard Ntoutoume Ayi ?

Réagissant sur Radio France Internationale (RFI) à l’allocution d’Ali Bongo Ondimba à l’occasion du 58e anniversaire d’indépendance du Gabon, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi a trébuché. Pour lui, « on ne décrète pas la grogne syndicale ».

La réflexion semble y mener. Dans son discours à la nation, Ali Bongo Ondimba, le chef de l’Etat, a évoqué de nombreux points, parmi lesquels ceux portant sur les réformes en cours. Les nombreuses contestations des syndicats auxquels le gouvernement fait face pointées du doigt par le chef de l’Etat, celles de Dynamique Unitaire (DU), plus particulièrement, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, arborant la casquette de « porte-parole » de la confédération syndicale incriminée, éructe : «on ne décrète pas la grogne syndicale », avant de corriger le lapsus : « on ne décrète pas la fin de la grogne syndicale ». Une assertion qui sonne comme un aveu, celui de maître à penser, attiseur des troupes au sein du mouvement contestataire DU. Ce qui depuis taraudait de nombreux esprits.

« nous avions tiré la sonnette d’alarme auprès de l’opinion nationale et internationale sur les dérives constatées de certains leaders politiques qui veulent se servir des mouvements syndicaux, pour se faire une place au soleil d’une part, et surtout d’autre part de ternir l’image de nos institutions », évoquait Octavie Abessolo Nguema, porte-parole des leaders libres des agents de l’Etat, à la faveur d’un point presse à Alibandeng, dans le 1er arrondissement de Libreville, la semaine écoulée.

Si d’aucun accordent encore tout le bénéfice du doute à la confédération syndicale, d’autres en revanche en sont plus ou moins fixés. DU est bel et bien une fabrication de Jean Ping, le leader de l’opposition gabonaise.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *