Rencontres Nationales du Tourisme: quelle stratégie pour développer l’industrie du tourisme au Gabon ?

Le premier ministre, Julien Nkoghé Bekalé, a présidé, mardi 09 Juillet courant, au nom du président de la République, Ali Bongo Ondimba, la cérémonie des premières rencontres nationales du tourisme organisée par le ministère des transports et du tourisme, à Akanda, au Nord-Est de Libreville, en vue de faire le secteur touristique un des moteurs de la croissance économique du pays.

«Pour le gouvernement de la République, sur les très hautes instructions de Son Excellence Ali Bongo Ondimba, Président de la République, Chef de l’État, l’enjeu principal demeure le développement d’un tourisme durable qui peut subdiviser en trois sous enjeux, à savoir: les enjeux socioéconomique, les enjeux environnementaux et les enjeux politiques», a déclaré, Julien Nkoghé Bekalé, à l’ouverture des travaux de la première édition des rencontres nationales du tourisme.

Pour lui, la mise en œuvre de cette nouvelle vision du tourisme gabonais permettra de faire du Gabon la première destination touristique liée à la forêt tropicale africaine et le carrefour de l’Afrique Centrale en matière de tourisme des affaires et de l’événementiel.

C’est dans cette optique qu’il a lancé un vibrant appel à tous les départements ministériels concernés, aux acteurs du privé et de la société civile du secteur tourisme, de se donner la main afin d’en arriver à des conclusions pertinentes, fruit d’une réflexion commune féconde, pour parvenir à propulser de manière efficace ce secteur intégrateur et porteur.

Prenant la parole, Justin Ndoundangoye, ministre des transports et du tourisme, a profité de l’occasion d’insister et de rappeler à l’ensemble des pans de son administration, de prendre la mesure et de réaliser l’importance de cette mission confiée par Ali Bongo Ondimba.

Cette mission, a-t-il dit, consiste à faire du tourisme un axe majeur de la diversification de l’économie du pays. Notamment, la création d’emplois dans le bâtiment et les travaux publics, l’augmentation de la consommation dans de nombreux secteurs d’activités, tels que les services financiers et bancaires, assurances, hébergement, restaurations, etc.

Selon le ministre du tourisme, les enquêtes les plus abouties des données issues du compte satellite du tourisme pour la période 2008-2010, ont permis d’apprécier le potentiel économique de ce secteur.

Il ressort que le tourisme récepteur a rapporté 218 milliards de FCFA, soient :«131 milliards en hébergement. 54 milliards en restauration-bar. 14 milliards en transport intérieur. 3,6 milliards en souvenirs. Environ 15 milliards pour les autres dépenses».

Quant au tourisme émetteur, les dépenses ont été évaluées à 215 milliards, dont: «134 milliards en hébergement. 46 milliards en restauration. 12 milliards en transport intérieur. 7,8 milliards en souvenirs. Environ 15 milliards pour les autres dépenses».

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *