Verbatim de Frédéric NTERA ETOUA: PING n’est pas un fonds de commerce politique éligible et vendable

< PING n’est pas un fonds de commerce politique éligible et vendable. On ne prétend pas défendre le Président de la République Gabonaise, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA en sabotant le PDG tout militant et en énervant toute l’opposition Gabonaise >

 

Malgré d’encombrantes alliances incestueuses d’encouragements, aux impostures démasquées,

Je crois toujours, comme les trente années passées que:

Le Président Ali BONGO ONDIMBA est le Gabonais le plus connu , mieux renseigné sur nous tous et le mieux protégé de ses concitoyens de toujours.
Depuis la fameuse rumeur de la rencontre entre le Chef de l’Etat et Jean PING , source de malheur pour d’aucuns, la peur de la perte de strapontins a gagné les promoteurs du score de 67%.

En feignant de solliciter clairement la protection particulière du Chef de l’Etat pour perpétuer les plans carriéristes à des postes, l’on brandit un supposé vif intérêt de défense de la personne du Président Ali BONGO ONDIMBA, face à une opposition que lui-même connaît mieux que tous.

En pratique, ces hommes et femmes du Gabon qui ont choisi le camp adverse avant la Présidentielle du 27 août 2017 ont été un peu plus francs et honnêtes à l’opposé de ces entristes qui, en sous-marin, empoisonnaient le PDG historique de nuit , proclamaient de jour l’hymne d’Ali BONGO ONDIMBA pour détourner en masse: argent , congélateurs, tronçonneuses, caisses à outils, polos, ses tee-shirts, montres, tablettes, téléphones et d’importantes quantités de divers gadgets de sa campagne…

Le Président Ali BONGO ONDIMBA sait la profondeur de la trahison sous ses pieds. Le Président connaît exactement tous ces petits vendeurs d’illusions qui le poursuivaient dans les avions et n’ont jamais occuper une minute, une heure , un temps auprès des populations pour parler du Président- Candidat qu’ils prétendent défendre en ces temps d’accalmie et de Paix retrouvées .
Le Président sait qui est qui après le jeu de cache-cache au jour de la proclamation de la CENAP ou au moment fatidique du rendu de la Cour Constitutionnelle. Nous étions là, plus grand monde, avec le Président Ali BONGO ONDIMBA et sa famille pour constater que beaucoup avaient barré, et certains comme Séraphin Moundounga se cachaient chez les opposants connus et les résidences de discrets notables fréquentables. D’autres avaient choisi s’installer dans les forêts proches de leurs villages pour prendre fuite en solo.
Le Président Ali BONGO ONDIMBA connaît le poids politique de certains charognards spéculateurs qui ont été incapables de voter et faire voter pour sa propre personne dans leurs familles , quartiers ou villages .

Le Président Ali BONGO ONDIMBA sait la gravité de la fourberie de tous ces petits hommes et femmes qui militent ostensiblement pour sa chute afin de leur permettre de bien jouir des milliards tirés des détournements des projets sociaux entiers en faveur des populations Gabonaises.
La réélection du Président-Candidat étant une guillotine que Mamba articule très très bien déjà.
Le Président Ali BONGO ONDIMBA sait parfaitement la peur qui habite cette espèce de 7ème colonne dont les membres sont ciblés par Mamba .
Le Président Ali BONGO ONDIMBA sait que le meilleur appui politique que l’on puisse accorder à son leader est d’avoir une base politique clean, un fief réel et non le narcissisme télévisuel des chants des faux temples de malédictions qui se créent et se détruisent au gré de mollusques intérêts ventrocratiques.
Le Président connaît ces fameux indispensables collaborateurs ou Ministres qui ont été proprement bastionnés dans les centres de votes en récompense de leur nombrilisme et de leur égoïsme ambiants des temps heureux.

Oui, Moi, je parle en Acteur Aguerri. Je dis mon propos en témoin avisé et en ma modeste qualité de compagnon de mon Président de la République Gabonaise , anciennement mon Encadreur Politique aux côtés de son Papa Président avec d’autres Rénovateurs Historiques , pour soigner l’autisme et la surdité qui hantent certains petits apprentis sourciers qui se permettent l’outrecuidance de croire être plus avertis, plus lucides, plus raisonnables et même plus stratèges que mon Président Ali BONGO ONDIMBA.
À eux, de savoir maintenant que le Président Ali BONGO ONDIMBA est issu d’un moule politique, un océan d’intrigues coriace, concurremment aux brillantes personnalités et de charismatiques hiérarques du PDG d’antan, autour du Doyen, où il a su, non seulement pour lui-même, mais pour nous tous , de tirer l’épingle du jeu par pur pragmatisme et réalisme politique.
Les évènementialistes de l’heure doivent retenir qu’un bon Ministre est celui qui est élu populaire d’une circonscription électorale et se doit de transférer cette onction du Peuple Souverain , par effet domino, à son Chef .

Les Gens de temps de Paix et jouisseurs de maintenant, ont radicalisé le mécontentement des populations de leurs coins d’origine, et doivent plutôt avoir le courage de proclamer leur incapacité réelle à se faire des fiefs électoraux pour leur existence continuelle dans un microcosme politique Gabonais hostile à leurs mauvaises manières et leurs congénitales attitudes hautaines.
Les Narrateurs des temps d’exubérance, doivent retenir qu’un bon collaborateur ne peut défendre le Chef que dans l’accomplissement honorable de ses charges.
La confiance du Chef s’entretient aussi comme le moteur d’une belle voiture, comme sa tenue d’apparat…
2016 est éperdument derrière nous. L’opposition Gabonaise travaille le terrain en vue des législatives prochaines.
Avec franchise et honnêteté, le camp du Président à intérêt à revoir son Bataillon de Combattants.

C’est cet enjeu qui doit prévaloir et qui maintenant crée la peur gesticulatoire de certains Feynmans politiques.
Pour la petite histoire, notre Président sait la rigueur de la violence que nous imposent les circonstances et les temps politiques, depuis le Doyen Omar. Le Président Ali a lui-même fait les frais de certaines contingences politiques alambiquées contre sa propre personne du vivant de son Bienveillant Papa, et qu’il a subi avec un calme cathédrale, sans se prévaloir d’une quelconque hyper protection, pourtant paternellement bien constituée et fortifiée. Mon Président Ali a quitté le Gouvernement de la République sans décrier ou contester une contrainte constitutionnellement pourtant taillée contre le rayonnement de son leadership politique matinal.
En 1990, de nombreux grands Dignitaires du PDG ont été remerciés du Gouvernement et d’autres positions alléchantes sans concerts de récriminations à la mesure de la pègre siégeant aux alentours du Lycée du Père de l’Indépendance.

Et pourtant , il n’y a toujours que le même Gabon qui confère les mêmes droits et devoirs à ses chers enfants.
Le Président de la République Gabonaise, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA ne peut s’interdire en 2017 d’exercer un principe, un attribut inaliénable de démettre un Ministre, un SG ou DG d’une administration au nom d’une inamovibilité et de farfelues acrobaties cyniquement et hypocritement partisanes ou particularistes à souhait.
Laissons donc le Président Ali promouvoir la circulation des élites Gabonaises aux hautes fonctions étatiques et Gouvernementales comme il le veut bien et le dit lui-même.

Le triptyque Paix, Développement, Partage doit prédominer, même si cela heurte et détruits les titres fonciers de nouveaux venus du PDG de 2013.
C’est une grande et inédite escroquerie politique de Dire que l’on insulte PING dans une salle pour le Président . Non, le Président doit rassembler les Gabonais et non les proscrire où les séparer. Le Président est le Père de la Nation, tout court.
Dans l’exercice de ses charges, le Chef de l’Etat n’a ni ascendance ni descendance encore moins des accointances tendant à nuire son POUVOIR. Non, c’est tellement faux ce qu’ils rançonnent. Nous voyons que l’on crée une peur par PING pour faire un chantage au Président Ali BONGO ONDIMBA qui est l’oncle des enfants de son opposant qu’il connaît d’ailleurs très très bien, mieux que des exégètes politiques des balcons de l’aîné des mûrs des Relais Mulebi d’antan.

Le jour où le Président Ali BONGO ONDIMBA voudra appuyer le bouton de sa table de commandement en vue d’un rapprochement fraternel ou politique, une négociation quelconque avec le citoyen Jean PING , cela se fera sans l’aval ni l’onction des zélés irrévérencieux.
Même si le Président de la République Ali BONGO ONDIMBA veut punir le compatriote Jean PING pour déviances , cela se fera sans l’avis des pontentiels clients de l’opération Mamba. Si une réconciliation est nécessaire pour faire table rase du passé, Le Président Ali BONGO ONDIMBA lui-même, Fils d’Omar sait avoir et actionner plusieurs cordes dans son arc, et principalement les piquets relationnels politiques d’Afrique Centrale et de l’Ouest ainsi que des relations de sa famille consanguine éparpillées entre la France et le reste des pays occidentaux, qui agiront correctement dans ce sens.
Le Président a ses soutiens dans l’ombre pour agir en silence sur toutes les questions d’urgence républicaines ou strictement personnelles.

Il faut éviter les amalgames et savoir les limites de sa mission ou avoir à l’esprit les franchises de son défoulement impénitent.
Jean PING, Léon Paul Ngoulakia, Guy Nzouba Ndama, Jean Eyeghe Ndong, Casimir Oyé Mba, les Chambrier , Ntoutoume Emane JF, Albert Yangari, Emmanuel Ntoutoume, Michel Menga M’Essone, Charles Mba , Chantal Myboto , les Ngondjou, Thierry Nang, Jonathan Bignoumba, Philippe Tonangoye, PR Nambo , Jean GAS , Michel Ongoundou d’Ovan et d’autres Amis et parents de l’opposition sont très disposés à écouter le Président Ali BONGO ONDIMBA en temps et circonstances où leurs avis importeront . La majorité des Gabonais, comme ceux de l’opposition indexent les abus de langage, l’irrespect, l’incorrection et l’indécence de quelques individus qui se gargarisent de détruire chaque seconde l’image d’un Président de la République Gabonaise qui n’a d’antériorités conflictuelles avec aucun de ses concitoyens ni une seule famille Gabonaise.

Le nom du Chef de l’Etat est abusivement et mensongèrement utilisé dans de chimériques foras de quête de contenance politique et sociale personnelle. Le Peuple ne les aiment plus et ils pensent entraîner le Président du Gabon dans leurs balivernes létales. Les temps ont foncièrement changé. Il faut les virer maintenant .
Entre le Président Ali et son opposition visible, les Hommes et Femmes de talents et de discrétion religieuse existent dans nos rangs pour renouer les liens entre nobles responsables politiques Gabonais . Il n’est un secret de savoir que les facilitateurs de ces missions de bons offices attendent au Cameroun, au Congo, en Guinée Équatoriale, au Mali , au Sénégal, en France Métropolitaine de Gauche ou de Droite. Ali BONGO ONDIMBA n’est donc pas un imaginaire orphelin politique malléable et manipulable à loisir.
Le Président Ali BONGO ONDIMBA a une famille paternelle et maternelle et qui a une belle histoire avec les Omyènés de notre façade maritime Gabonaise ainsi que d’autres grandes familles proprement humiliées et froissées dans leur intégrité par une bande d’anarcho-profito-situationnistes aux trajectoires sociales et politiques nauséabondes.

Un concert d’occasionnistes guignols ne saurait aliéner où se substituer à la sagesses, à la finesse d’esprit et à l’intelligence des clans Téké et Obamba de Bongoville, Brazzaville, Ngouoni , Akièni, Okondja, Léconi , Franceville et de Kinshasa à mieux défendre leur propre Enfant-Président . Les ONDIMBA et PING se connaissent mieux que certains troubadours politiques qui ignorent l’ampleur de la désacralisation de l’autorité de l’Etat partout ventilée par leur infantilisme inégalé.
Ce sont ces mêmes intempestives attitudes d’arrivistes du Pont de Gué-Gué qui ont mis du feu au poudre contre de nombreux parents et amis d’enfance du Président Ali BONGO ONDIMBA depuis 2009.
Le Président Ali ne fera pas de cadeaux aux pyromanes qui crient au feu.

Plutôt que de tambouriner un factotum soutien au Président Ali BONGO ONDIMBA, il a lieu de créer les conditions bonnement modestes pour mourir un peu et Laisser le Président Avancer en libre Protecteur de tout le Peuple Gabonais qui le cajole d’affection et d’amour en plus de nos convenances citoyennes et hautement républicaines devant la Clé de Voûte des Institutions de la seule et l’indivisible République Gabonaise.
Faire et Dire le contraire n’est que de la gnognote et du vilain charlatanisme politique sous l’Equateur.
Se servir de PING comme fonds de commerce politique est une technique veule et improductive .

Au contraire, il faut purger notre régime. L’éviction du Gouvernement de bon nombre de ces roitelets se traduira comme un bémol politique utile pour le Président Ali BONGO ONDIMBA.
Le départ du Gouvernement de ces Feynmans politiques agonisants donnera un signal fort d’apaisement et d’humilité devant permettre au Gabon de se réconcilier avec lui-même.

Cette pérestroïka Alïenne permettra au PDG maternel de gagner les cœurs des Gabonais lors des législatives qui s’en viennent.
En vérité, et contre vents et marées , ni un agoniste homme , ni un plan d’intimidation , ni un Ngozé frénétique, rien et rien au monde n’arrêtera la volonté de changement du Chef de l’Etat .
Le Président Ali BONGO ONDIMBA assume convenablement sa vocation de Rassembleur et de Père de la Nation Gabonaise.
En Gabonais conséquent, et pour n’avoir jamais insulté publiquement notre Président , le Docteur Jean PING, en toute sportivité, est entièrement et totalement conscient des hautes prérogatives du Chef d’Etat, Garant de la Sécurité et Protecteur de dignes intérêts supérieurs du Gabon, redévolus au Président Ali BONGO ONDIMBA.
La politique ne consiste pas seulement à régler ou à faire taire les problèmes, elle consiste aussi à taire ou à éloigner ceux qui posent les problèmes.
Le Rajeunissement, le Renouvellement et la Revitalisation du Régime s’imposent à Nous maintenant.
Tel est l’ardent souhait, le vif désir et le vœu spontanément partagé par tous les Gabonais d’ici et d’ailleurs…

Frédéric NTERA ETOUA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *