Vie des syndicats/Cogasyc : quelle stratégie pour mieux défendre les droits des membres tout en veillant au respect de leurs obligations ? 

La confédération gabonaise des syndicats des commerçants (Cogasyc) que dirige, Abbas Nziengui Mabika, a effectué sa rentrée syndicale, lundi 06 Janvier 2020, à la mairie d’Owendo, sous le thème :«quelle stratégie pour mieux défendre les droits des membres tout en veillant au respect de leurs obligations ?».

Cette sortie syndicale du directoire de la confédération gabonaise des syndicats des commerçants pour l’année 2020-2021 qui a débuté dans une bonne ambiance à Owendo, va se poursuivre le vendredi 10 et le lundi 27 Janvier prochain, respectivement à Lambaréné dans le Moyen-Ogooué et à la mairie de Libreville, dans la province de l’Estuaire.

Aussi en sa qualité de Secrétaire Exécutif de ladite confédération, Abbas Nziengui Mabika, a relevé que cette rentrée syndicale de l’exercice 2020-2021, a pour objectif d’interpeller le regard de l’administration publique dans l’activité quotidienne des commerçants.

«Comme les commerçants ne font pas de la philanthropie, ils souhaitent que les autorités les accompagnent pour qu’ils aient un peu de bénéfices», a-t-il lancé.


Dans cette optique, il a profité de l’occasion pour remercier le directeur général de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa), Alia Maëva Bongo Ondimba qui accompagne la Cogasyc depuis huit (8) mois dans le cadre de la conformité auprès des opérateurs économiques, avec un (1) échantillon de vingt-deux (22) supérettes.


«L’Agasa n’est plus dans une méthode répressive. Elle est par contre dans la méthode préventive. C’est-à-dire lorsqu’on part chez un opérateur économique et que l’on constate les irrégularités, au lieu de lui donner les infractions, on doit l’amener à corriger les non-conformités qu’on a constaté chez lui, pour que cet opérateur économique exerce dans un environnement assaini», a indiqué, le secrétaire exécutif de la Cogasyc.

Pour clôre, Abbas Nziengui Mabika estime qu’il n’y a que l’administration qui peut aider les commerçants à rester dans une dynamique que le président de la République, Ali Bongo Ondimba, appelle le changement de paradigme.

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *