WABOUNA School tour: Brice Laccruche Alihanga en appuie aux coopératives d’établissements scolaires

C’est dans le cadre de « l’Appel à agir concrètement » initié par les plus hautes autorités de la République, que le WABOUNA, entendez Mouvement des Entrepreneurs engagés, a entrepris une caravane depuis peu, dans les établissements scolaires du pays. Une démarche qui fait déjà large échos.

Après une immersion complète dans plusieurs établissements scolaires de Libreville, le WABOUNA School tour séjourne depuis peu, dans l’Ogooué maritime, huitième province du Gabon. En perspective, l’appui des coopératives constituées, de même que la sensibilisation de la jeune génération aux défis de l’heure. Les questions liées à l’entrepreneuriat et aux fléaux qui perdent la multitude sont abordées de fond en comble. Les lycées Jean Fidèle OTANDO, Joseph AMBOUROUET AVARO, Turiaf BATSANTSA et Charles WANGA ont été les structures scolaires sollicitées pour la circonstance. La forte mobilisation de la jeunesse a conforté la perspective des enseignants et organisateurs, soucieux de conjurer les fléaux liés aux rapports sexuels non protégés, à la consommation des drogues en milieu scolaire, expliquant par ailleurs leur caractère irréversible sur le cerveau.

Vue de l’assistance, au moment des échanges

Des moments d’échanges et de partage de savoir qui, dans une très large mesure, ont enrichi la rencontre.

Pour Hercule NZE SOUHALA, président du WABOUNA, jeune serial entrepreneur et originaire de la province, bâtir une affaire rentable depuis « le banc de l’école » est aujourd’hui envisageable. Une projection à laquelle les élèves devraient désormais s’ouvrir.

Hercule NZE SOUHALA, président du WABOUNA, lors de sa prise de parole

La coopérative d’un des établissements recevant le chèque symbolique

Instantané du WABOUNA School tour

Avec des anecdotes tirées de son exemple propre ainsi que de celui de figures faisant autorité dans l’entrepreneuriat, il a exhorté les jeunes lycéens à « rêver » et penser aux affaires rentables qui leur permettraient de construire un avenir radieux pour leurs familles et l’ensemble des populations.

Parrain de la caravane « WABOUNA School tour », Brice Laccruche Alihanga, le Directeur de Cabinet du chef de l’État, Ali Bongo Ondimba a apporté un appui conséquent dans cette initiative qui a permis le financement de (3) projets portés par les coopératives des lycées ci-dessus évoqués.

Au total, ce sont (8) coopératives sur l’ensemble du territoire national qui ont déjà été bénéficiaires. Une contribution à « l’Appel à agir concrètement », à laquelle il faudra également associer le don de 1000 calculatrices scientifiques offertes par NAO Holding Group Company, un sponsor de la caravane.

De l’avis des promoteurs de la caravane ainsi que des responsables d’établissement, une diminution de l’insécurité au sein des structures dont ils ont la charge est parfaitement observable, ce depuis le passage du « Wabouna School tour ». Il convient de rappeler que la question relative à l’insécurité dans les établissements scolaires demeure cruciale pour les plus hautes autorités du pays. En forte augmentation depuis l’année académique 2016-2017, nombreux ont été les organismes, partenaires de l’État, qui ont fait des propositions, ce dans l’optique de leur réduction et ou éradication.

Outre cet aspect, un engouement particulier sur les questions d’entrepreneuriat, ce depuis le début du WABOUNA School tour est relevé. Une preuve que le message du bureau directeur conduit par Hercule NZE SOUHALA a été parfaitement audible.

Loin de s’estomper d’ici les prochains jours, les initiateurs de cette action d’immersion dans les structures scolaires du pays promettent ne ménager aucun effort pour les poursuivre.

Bien au contraire, la perspective serait le relais à grande échelle d’informations pour édifier la jeunesse sur les questions cruciales liées à leur bonne santé mentale, psychologique et physique, de même qu’une ouverture à l’entrepreneuriat.

Une démarche très saluée par les responsables d’établissements scolaires, les parents d’élèves ainsi que les autorités locales, désireuses de voir un peu plus d’actions similaires.

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *