600 millions à Hervé Patrick Opiangah : comme une odeur d’Ali Bongo

Le Gabon est un pays atypique, on ne le dira jamais assez. Pour s’en convaincre, il faudrait sans doute y vivre.

Dans l’affaire qui l’opposait à Hervé Patrick Opiangah, Jean Ping, le principal opposant à la superpuissance des Bongo avait ainsi été condamné par la  chambre correctionnelle du Tribunal de Libreville à payer 600 millions de franc CFA. Une décision de justice à la lisière de la démence.

Comment le Pouvoir a-t-il résolu se débarrasser de Jean Ping ? La question vaut son pesant d’or. Alors que l’ancien candidat consensuel de l’Opposition à l’élection présidentielle d’Août 2016 paraît inattaquable sur le plan politique, tout semble désormais être dirigé sur un autre front.

Dans l’affaire qui l’oppose à Hervé Patrick Opingah (HPO), conseiller spécial d’Ali Bongo Ondimba, Jean Ping avait donc été condamné par la chambre correctionnelle du Tribunal de Libreville à payer 600 millions de francs CFA. Une décision qui apparaissait suite à une publication sur la page Facebook de l’ancien candidat à l’élection présidentielle, faisant du président de l’UDIS l’instigateur des actes de vandalisme perpétrés à son domicile : « Sous la houlette de certains cadres de ce régime, dont Hervé Patrick Opiangah, homme de main du Président, une horde de vandales s’est permise d’attaquer et de saccager une partie de mon domicile ce matin à Libreville ».

Pour cette publication, la chambre correctionnelle du Tribunal de Libreville avait fait le compte : 600 millions de francs CFA en guise de dommages et intérêts pour « diffamation ». Presque risible, au regard des dispositions du Code Pénal en matière de dommages et intérêts pour le « délit » retenu.

Mais la messe est dite, les dés sont jetés. Pour Ali Bongo, le cap prochain semble désormais fixé : se servir de l’appareil judiciaire pour épuiser son adversaire politique. Y arrivera-t-il ? L’évidence paraît fortement improbable.

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *