Ali BONGO cède à la pression du MOGABO et de René NDEMEZO.

A l’annonce d’un nouveau gouvernement nous assistons toujours à l’agitation des personnalités politiques proches du Président Ali BONGO ONDIMBA. C’est le spectacle que nous fait vivre depuis deux (2) semaines les membres du MOGABO, cette nébuleuse qui porte la responsabilité historique de la fracture du PDG. Nous avons en mémoire ce qui s’est passé peu  avant le scrutin présidentiel d’Août 2016. Aujourd’hui, les mêmes metteurs en scène reviennent sur la place publique non plus pour réclamer leur soutien au Président élu, mais  cette fois, pour exercer une pression au Président de la République Ali BONGO ONDIMBA, l’objectif étant le maintien au gouvernement.

Pour ces prévaricateurs, aucun compatriote à l’exception d’eux seuls, n’est capable de gestion d’une administration publique.

Nul besoin de le rappeler,  leur nouvelle bête noir et ennemie juré,  est désormais Bruno Ben Moubamba. Comme on le sait,  certains n’hésiterons pas à pactiser avec le diable pour son départ du gouvernement d’ouverture voulu par le Président de la République.

Hier, ces mécréants, ennemis de la République, combattaient Maixent ACCROMBESSI, Liban SOULEYMANE, Laure Olga GONDJOUT et bien d’autres compatriotes proches du chef de l’Etat. Aujourd’hui, pourquoi BBM et pour quel but exact ?

Certains Analystes et Observateurs de la vie politique nationale pensent à juste titre que Bruno Ben MOUBAMBA se positionne désormais comme l’allié stratégique du Président Ali BONGO ONDIMBA, car plusieurs qualités militent en sa faveur.  Qualités parmi lesquelles le franc-parlr et le sens de la loyauté.

Au lendemain de la proclamation de l’élection présidentielle d’Août 2016, sortie troisième à cette compétition politique, BBM a été le premier à avoir soutenu ouvertement le Président élu en prenant acte de sa victoire confirmée par la Cours Constitutionnelle,  alors que certains proches du Président Ali BONGO avaient bien du mal à prendre position. C’est encore lui qui appela au respect des Institutions Républicaines et au retour à la stabilité sociopolitique, au moment où certains alliés du Président élu mettaient femmes et enfants dans des avions pour l’étranger. Certaines indiscrétions soutiennent que  les personnalités politiques qui combattent BBM à l’intérieur du système sont les alliés de Jean PING.

Au sein du gouvernement d’ouverture, le VPM est le seul Ministre à avoir eu le courage de sanctionner quelques puissants et intouchables DG, à l’instar de Jules Valère OKOLOGO DG de la SNI et Paul MAPESSI DG de la SNLS. BBM affiche ouvertement sa volonté de rupture et de changement et veut apporter au Président Ali Bongo un soutien de taille pour apporter les reformes à l’intérieur du Système. Les membres du MOGABO ne ratent pas une occasion pour rappeler à ce dernier qu’il appartient au groupe de 0%.  Ils semblent toute de même ignorer que les 0,58% obtenu par BBM représente des milliers de Gabonais, compatriotes  qui lui ont fait confiance en 2016. Certes BBM ne dispose pas d’une grande expérience dans l’administration publique, il est titulaire de deux (2) Doctorats, un en Sciences Politiques et un autre en Théologie. Par contre, certains membres du gouvernement n’ont pas terminé leurs études universitaires et d’autres  sont très loin d’arborer ce profil.

Les membres du MOGABO ont la mémoire courte, BBM est d’abord un acteur de la Société Civile et fut l’initiateur de la plainte contre le défunt Président Omar BONGO sur le dossier des biens mal acquis. L’homme de la grève de la faim n’est pas un nouvel opposant, il a un parcours et une expérience, à son CV, deux fois candidat aux élections présidentielles, celles de 2009 et de 2016.

BBM rentre en politique par la grande porte sans avoir usé de trahison. Certes les pressions des membres du MOGABO  et de René NDEMEZO sont fortes, ne l’oublions pas, Ali BONGO  a déjà perdu Maixent ACCROMBESSI, Liban SOULEYMANE, Laure Olga GONDJOUT et Jean François ENGONGA OWONO. La mise à l’écart de toutes ces personnes fragilise visiblement son action et cela est perceptible aux yeux de tous.

Le peuple gabonais attend le Président Ali BONGO au tournant de l’Histoire, car la composition du futur gouvernement devra refléter à la fois la volonté de changement impulsée par le Président élu et aussi une ferme réponse aux attentes des populations.

Olga A. Abeng

2 réflexions sur “Ali BONGO cède à la pression du MOGABO et de René NDEMEZO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *