Front social: privés de salaire depuis deux mois, les postiers de nouveau sur le pied de guerre

À l’issue d’une assemblée générale tenue à leur siège du centre ville, lundi 23 novembre courant, les postiers gabonais ont de nouveau exprimé leur désapprobation au gouvernement. Suspendue depuis trois semaines déjà, la grogne reprend de plus belle ce mardi.

Face à la presse, les postiers gabonais ont été on ne peut plus formels: « Nous avons donné cinq jours au gouvernement au lieu de 48h, comme il l’avait demandé pour payer les deux mois de salaire et veiller à la régularisation des salaires” a déclaré, courroucé, Claver Chérubin Bayonne, secrétaire général du Synaposte. Et: ” Trois semaines après, nous constatons que malgré les efforts de la tutelle, nous ne sommes toujours pas en possession de nos deux mois mois de salaires impayés » a-t-il précisé. 

Après trois semaines de suspension, les postiers ont dit devoir reprendre les armes, dès ce mardi 24 novembre. Une décision consensuelle, prise au terme d’une assemblée générale (AG) tenue la veille. 

Devra donc s’en suivre, la fermeture de tous les bureaux de poste, dès ce matin et ce, jusqu’au paiement des salaires des mois d’octobre et novembre.

Pour rappel, les agents grévistes réclament au gouvernement le paiement intégral de leurs salaires, deux mois, ainsi que la régularisation de ceux-ci à date, soit le 25 de chaque mois.

Agnès Limori

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook!