Gabon/Mali/ Présidentielle: Aliou Boubacar Diallo, le choix de l’ADP-Maliba

La communauté malienne du Gabon a témoigné de sa présence, plutôt massive, à une rencontre politique au Collège Bessieux, lundi dernier, à Libreville. Objectif, présenter la candidature d’Aliou Boubacar Diallo, à la présidentielle imminente.

L’Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba), représentée par son secrétaire général, Guissé Ndemba, a invité les maliens et maliennes à un meeting politique pour leur présenter cet homme qui, selon lui, possède un ambitieux programme d’investissement de 15.000 milliards de francs CFA sur 5ans, pour le maintien de la paix, le renforcement sécuritaire, et le développement économique des régions du Nord et du Centre, aujourd’hui contrôlées par les djihadistes.

Pour Guissé Ndemba, Aliou Boubacar Diallo, président d’honneur d’ADP-Maliba, est le candidat de la « Nouvelle indépendance ». « Boubacar Diallo est un homme de conviction qui, depuis 20 ans, a énormément contribué au développement du secteur privé malien, en créant plusieurs milliers d’emplois et en s’investissant dans la réduction de la pauvreté», a souligné le secrétaire général d’ADP-Maliba.

A noter que l’ADP-Maliba est un parti politique lancé par Aliou Boubacar Diallo, en vue d’inciter ses compatriotes, surtout les jeunes, à plus d’implication dans la vie de la nation. A indiqué Guissé Ndemba, ajoutant que cette formation politique a concouru aux élections législatives de novembre 2013 et a aujourd’hui un groupe parlementaire de 14 députés, avec ses alliés parmi lesquels figurent les neuf (9) députés de l’Adp-Maliba.

Pour le candidat, c’est sa première fois qu’il participe aux élections présidentielles. Bien que lors du congrès de février 2015, Aliou Boubacar Diallo a fait le choix surprenant de ne pas se présenter à la tête du parti et de soutenir le plus jeune élu de l’Assemblée Nationale, le député de la commune 5, Amadou Thiam. Ce dernier accède à la tête de l’ADP-Maliba à 30 ans, consacrant ainsi l’objectif du fondateur : promouvoir l’émergence d’une classe politique jeune, éthique et responsable.

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *