Législatives 2018: « Je ramènerai le siège au parti dès le 1er tour » dixit Jacques  MASSALA (Interview)

Candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG) aux législatives de cette année pour le compte du 2e siège du 2e arrondissement de Libreville, Jacques Massala Bandeha s’est ouvert à nous dans le cadre d’un entretien exclusif. La substance de cet échange ci-dessous.  

Kongossanews : Honorable Massala, vous avez été investi pour représenter votre parti, le Parti Démocratique Gabonais (PDG) dans le 2e siège du 2e arrondissement de Libreville. Comment justifiez-vous ce choix ?

Jacques Massala : Je ne saurai justifier le choix porté sur ma modeste personne puisque je n’étais pas à la décision. Si le distingué camarade président a estimé que je faisais l’affaire, je ne doute pas une seule seconde que cela ait été fait sur des éléments objectifs.

Vous avez été récemment sur le terrain, comment se portent vos électeurs ?

Les populations du 2e siège du 2e arrondissement se portent mal. Durant un peu plus de 20 à 30 ans elles ont fait preuve d’un certain nombre de compromissions politiciennes. Certains élus venaient de Nzeng-Ayong, et il y a aussi certains soldats du PDG qu’il fallait sauver au 1er siège. Des compromissions qui les ont marginalisées puisque lorsque les choses étaient faites, elles n’avaient pas de rôles majeurs à jouer.

Quelles sont, à votre observation, les urgences de cette partie de Libreville ?

Les bassins versants représentent la principale urgence. Vous avez toute la zone de Sotéga, Avéa, Arambo qui à chaque fois est inondée. C’est une urgence prioritaire.

Ensuite il y a aussi les établissements scolaires. Il serait souhaitable que dans notre siège, il y ait une zone que l’on retienne pour construire une école primaire. Nous avons une grande partie noyée dans une forêt immense, pourquoi ne pas la prendre ? Ce sera aussi mon combat.

Est-ce assez ?

Bien sûr que non. Le 2e siège du 2e arrondissement de Libreville renferme un certain nombre de cadres. Depuis ma désignation pour représenter le parti, il y en a qui se mettent autour de moi. Pour ce qui est des nominations dans les administrations de ce pays, il faudra désormais penser à eux. Il faut aussi reconnaître que mon siège est très cosmopolite, c’est pourquoi dans le cadre de la promotion, il faudra en tenir compte.

Quelles sont vos relations avec votre prédécesseur ?

Nous ne nous sommes pas beaucoup vus. Nous avons fait la campagne ensemble, nous nous sommes ensuite revus au moment des locales, lorsqu’il s’est agi de constituer un conseil. Nous nous sommes perdus de vu depuis. Lui il agit dans le cadre du 6e, et moi le 2e, nous n’avons jamais mené de projets communs.

Avez-vous reçu des directives particulières de votre partie ?

La seule et unique directive du parti est celle de ramener le siège au Parti Démocratique Gabonais (PDG). Nous avons l’ambition de sortir les populations de la stigmatisation dont elles ont fait l’objet depuis plusieurs années. Dans cette perspective, je puis vous annoncer qu’à l’issue du 1er tour, je l’aurai.

Quelque chose à l’endroit de vos populations ?

Juste leur dire que je ne suis pas le meilleur de ses enfants, je suis un autodidacte. Mais je suis par-dessus tout animé d’un sentiment d’amour pour mon siège. J’ai de l’amour pour mon arrondissement.

Durant plusieurs années, les populations ont préféré se murer dans l’abstention parce qu’elles ne se reconnaissaient pas dans les personnes qu’on leur présentait. Moi Jacques Massala, je suis un des leurs. C’est pour cette raison que je trouve la force de leur demander de se mobiliser afin de m’apporter un soutien franc le 6 octobre prochain.

Joseph Mundruma, pour Kongossanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *