L’acharnement d’Ian Ghislain Ngoulou envers Danny Deklerk l’ancien patron de la Société du patrimoine désormais connu

 

En détention au B2  la semaine écoulée, le lundi 16 novembre précisément, Dany Deklerk  serait passé aux aveux, a rapporté une source digne de foi à Kongossanews. L’interpellation de l’ancien patron du patrimoine ferait l’objet d’un coup monté de toutes pièces par Ian Ghislain Ngoulou, le directeur de Cabinet de Nourredin Bongo Valentin. Lumière sur une machination qui fait jaser les lieux les plus austères de la capitale gabonaise.

Selon toute information, Dany Deklerk, l’ancien directeur général de la Société du Patrimoine (SP) était bel et bien en détention dans les lieux sordides de la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire communément appelée B2, ce le lundi 16 novembre.

Une manœuvre à l’initiative d’Ian Ghislain Ngoulou, son cousin, nouveau faiseurs de rois à Libreville. Dany Deklerk serait, nous rapporte la source, passé aux aveux.

Les faits

Peu après avoir été promu directeur de cabinet de Noureddin Bongo Valentin, Ian Ghislain NGOULOU fait nommer Dany Declerk à la très convoitée fonction de directeur général de la Société du Patrimoine. Seul bémol, le nouveau faiseur de rois entendait faire de son cousin une girouette.

Bardé de ses nouvelles fonctions, le nouveau DG recevra sa première feuille de route, laquelle consistait dans le limogeage de tous les proches de MPOUHO EPIGHA et Tony ONDO MBA avec comme orientation verbale :  « Noureddin a dit ».

une facture de la société SBM

Dans l’approche, il s’agissait d’écarter des postes-clés les Obamba, les Téké et Fang, pour ainsi faire nommer les personnes suivantes :

Eddie Priva LEkOUKA au Poste de Directeur d’Exploitation, un Oncle de Ian Ghislain NGOULOU.

Fred MAGNOUMBA Directeur de contrôle de Gestion, un Cousin de Ian Ghislain NGOULOU.

Jacques MINTSA DAF, un beau-frère d’Ian Ghislain NGOULOU. 

Rock MBAPPEE Directeur des Affaires Juridique, un ami d’Ian Ghislain Ngoulou.

Bertrand ADZOMO Directeur des Ressources Humaine, un ami d’Ian Ghislain Ngoulou.

Une toile qui, une fois tissée, aurait permis à Ian Ghislain NGOULOU d’avoir une main mise parfaite sur la société de patrimoine.

Loin de s’arrêter, les problèmes vont commencer lorsque cinq (5) Directeurs assoiffés de privilèges, précisément de véhicules de services dernier cri, et bien d’autres… Se feront identifier.

Cela malgré leurs salaires mirobolant de 5 millions par mois qu’ils touchaient, rapporte notre source. 

Puis, arrive cet instant de complot pour faire partir de la société de patrimoine Dany Deklerk.

Discrédité par ses collègues auprès d’Ian Ghislain NGOULOU qui  demandera à Dany Deklerk de réduire son salaire de moitié, ce avec une perte considérable des avantages liés à son rang. Là aussi, l’ordre serait venu du CGAP.  Des consignes du chef qu’il appliquera quand même. Paradoxalement, ce dernier verra que ses états de salaire ne changent pas. 

À ce propos, le DAF et le DRH seront convoqués pour explication, mais ces derniers resteront bouche cousue.

Informé de la réunion et furieux, Ian Ghislain NGOULOU convoquera à son tour le DG pour le sermonner. Et comme pour se venger, Dany Deklerk exigera à Ian Ghislain NGOULOU un courrier officiel dûment signé pour toute sortie d’argent au nom du CGAP.

 Blessé dans son amour-propre, Ian Ghislain NGOULOU le fera virer lors du Conseil des ministres du 3 septembre 2020 pour être remplacé par Eddie Privat LEKOUKA.

Le but de cette manœuvre diabolique insiste notre source, étant l’attribution des marchés à l’entreprise SBM pour plusieurs millions de nos francs, comme l’attestent d’ailleurs les factures de réfections des abris bus, gymnase et CDI du lycée Paul Indjedjet Ngondjout.

Aussi, la résiliation du contrat de la SGS gérée par Ernest Mphouo Epigat et la SGTA, Société Gabonaise des Technologies Appliquées, gérée par Jean Sylvain Mandza pour l’entretien du grand pont de poubara, objectif visé, faire remplacer ses sociétés par des opérateurs qui seront à la solde d’Ian Ghislain NGOULOU, ce dans l’intention de satisfaire ses intérêts en rétro commission.

Ne pas payer les droits de travail de Dany Deklerk d’une part, et les factures de prestations de la SGTA dont le premier contrat date de 2 ans avant la venue d’Ian Ghislain NGOULOU au cabinet du CGAP d’autre part, n’est là encore qu’une manigance de mauvais aloi.

Dany Deklerk rappelons-le, avait reconduit pour 2 ans ledit contrat arrivé à terme au mois d’Août 2020, avant que son successeur Eddie Privat LEKOUKA ne vienne y mettre un terme de façon unilatérale sur instruction d’Ian Gislain NGOULOU, qui voulait régler ses comptes à Jean Sylvain Mandza pour n’avoir pas obéi à ses injonctions lorsqu’il était à la tête de la Direction Générale des Mines DGMG. 

Selon notre source, la manigance orchestrée avec la complicité du DAF, du Directeur des affaires juridiques et du DRH pour que soient limogés les personnes restées fidèles à Dany Deklerk.

Depuis, la question que se posent de nombreux observateurs est celle de savoir jusqu’où ira Ian Ghislain NGOULOU.  A quel moment les plus hautes autorités mettrons ainsi fin à son hégémonie dans l’appareil présidentiel qu’il manœuvre pour servir à souhait ses intérêts. 

Aux dernières nouvelles, Danny Deklerk serait en liberté par suite des pressions exercées dans l’instruction de ce dossier initié par Ian Ghislain Ngoulou, lequel était lancé dans une perspective de règlement de comptes, alors qu’aucune plainte n’a été engagé contre le mis en cause.

Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook!