Le dircab de Nourredine fait nommer ses proches à des postes stratégiques

Loin d’être un acharnement, mais il s’agit bien de faits. Peu après son accession au trés prestigieux poste de directeur de cabinet du Coordinateur des affaires présidentielles, Ian Ghislain Ngoulou a tout de suite fait nommer les siens à des postes stratégiques. Simple coïncidence ou volonté réelle de Nourredine Bongo Valentin de mettre le grappin sur l’argent public ? C’est toute la problématique. À peine nommé Coordinateur des affaires présidentielles, Nourredine Bongo Valentin affiche déjà ses ambitions, semble-t-il. Par le conseil des ministres du 5 décembre courant, son directeur de cabinet, Ian Ghislain Ngoulou, a fait nommer des membres de sa proche famille à des positions hautement stratégiques. Il s’agit de Jean Sylvain Mandza, nommé directeur général des mines et de la géologie. De Maurice Dikongo, nommé Président du Conseil d’administration de la richissime Gabon Oil Company (GOC), de Danny DE KLERK, nommé directeur général de la société du patrimoine, et de Vincent de Paul Massassa, nommé ministre du pétrole, du Gaz, des Hydrocarbures et des mines. Un fait passé sous silence. Si le mérite et la compétence demeurent des outils clés qui concourent à la nomination d’un individu, il reste que la confiance l’est tout autant. Peut-être même à bien plus d’égards. Les nouveaux promus ont assurément les profils et les qualifications qui font l’affaire. Reste que comme qui sait, au Gabon, l’on est jamais promu par hasard. En faisant nommer ses proches parents, sur quel projet diabolique s’applique le cabinet de Nourredine Bongo Valentin ? Le fils adoptif d’Ali Bongo Ondimba en est il informé ? On imagine pas que le contraire soit possible. Le réseautage au sommet de l’appareil de l’Etat devrait encore connaître des jours heureux, au grand mépris du peuple gabonais. Joseph Mundruma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *