Municipalité/Opération libérez les trottoirs : les commerçants sensibilisés pour une énième fois

Dans le cadre de l’assainissement de la voie publique et conformément à l’opération libérez les trottoirs, initiée depuis plusieurs mois par le maire de Libreville, Léandre Nzué, une équipe conduite par l’inspecteur général municipal, Armand Dagraça, a sillonné, ce weekend, quelques artères de la Capitale gabonaise pour sensibiliser les commerçants et les transporteurs de marchandises (TM).

L’autorité municipal a prit son bâton de pélerin, ce samedi, en milieu de matinée pour sillonner certaines zones névralgiques de Libreville, devenues depuis quelques mois déjà le sanctuaire des commerçants.

Armand Dagraça, à la tête d’une importante délégation des agents municipaux a entrepris une tournée dans certains quartiers de Libreville. Notamment, Okala, Nzeng-Ayong, IAI et Awendje, pour rappeler à l’ordre certains compatriotes quant au respect strict de la réglementation en vigueur en République gabonaise.

En effet, il est constaté que certains commerçants continuent d’écouler leurs produits sur la voie publique bravant ainsi la loi. Pour l’autorité municipale, il n’est plus question de jouer au cache-cache pour expliquer en d’autres termes qu’ils soient sensibilisés pour une énième fois.

«Nous vous demandons de faire preuve de lucidité. Les trottoirs ne sont pas les lieux de marchés. Si vous vous voulez vendre votre commerce, rejoignez les marchés. Je profite pour vous dire une dernière fois que le maire de Libreville ne voudrait plus vous voir occuper la voie publique. Voilà pourquoi il vous demande de partir. Désormais c’est la police qui prendra le relais après le passage de la mairie», a lancé, l’inspecteur général municipal, à l’endroit des commerçants.

S’agissant des transporteurs de marchandises, vulgairement appelés «TM», il les a également mis en garde pour qu’ils ne s’obstinent plus à demeurer illégalement dans les espaces de l’État sans au préalable remplir les conditions exigibles.

Après cette tournée de l’inspecteur général municipal, Armand Dagraça, il y a lieu d’espérer que les uns et les autres devront désormais respecter l’ordre qui leur a été donnée par l’autorité. Car la loi s’impose à tous.

Aimé Serge Boulingui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *