Promesses à la nation : Ali Bongo rebelote

En prélude à la célébration de l’indépendance du Gabon, an 60, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a fait son traditionnel discours à la nation. Dans son propos, une nouvelle promesse de création d’emploi, alors que les gabonais l’attendent encore sur les précédentes.

Ces dernières années, le président gabonais n’a pas cessé de cumuler les promesses. Si elles avaient été au moins tenues, ils seraient nombreux aujourd’hui à s’en réjouir. Malheureusement, la parole présidentielle n’a plus aucune valeur. Pis, elle est moquée, triturée sur les réseaux sociaux, véritable baromètre de la société.

Pour tout dire, le chef de l’Etat avait déjà fait la promesse, depuis 2012, de la création de 10 000 emplois pour la Zone économique à régime privilégié (ZERP) de Nkok.

Jusqu’ici, motus et boule de gomme sur ce challenge que se lançait le numéro Un gabonais lui-même.

Aujourd’hui encore, le chef de l’Etat récidive, avec l’idée de la création de 30.000 emplois sur 3 ans, dans la filière bois, soit 10.000 emplois par an.

Pour atteindre cet objectif, Ali Bongo compte sur « l’instauration de deux zones économiques spéciales supplémentaires, à Lambaréné et à Franceville, ainsi qu’à la troisième transformation de notre bois localement ».

Une promesse qui a du mal à convaincre.

Selon les données officielles sur la Zone économique à régime privilégié (ZERP) de Nkok, seulement 3600 emplois directs auraient été créés depuis 2012, même pas la moitié.  

En 8 ans, l’objectif des 10.000 emplois n’a pas été atteint. Sur quoi Ali Bongo Ondimba compte-il pour atteindre ce nouveau défi, en 3 ans, qui plus est ?

Lire aussi: Indépendance/An 60: Discours d’Ali Bongo Ondimba

Joseph Mundruma

Une réflexion sur “Promesses à la nation : Ali Bongo rebelote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *