Santé : Samu Social, un projet ambitieux pour le Gabon

Depuis le démarrage de ses activités de soins gratuits de proximité le 03 juillet 2017, le Samu Social Gabonais est à l’actif d’un regain de santé auprès de 30 000 citoyens. Les faits et les détails, d’un projet novateur qui va à la rencontre de la vision du Chef de l’Etat sur une santé pour tous.

Le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba l’a dit à plusieurs reprises « je ne serais heureux que lorsque tous les gabonais le seront ». Cette déclaration de règne trouve aujourd’hui son véritable sens en matière de santé publique où le projet du Samu Social « made in Gabon » a redonné vie et espoir à plus de 30 000 gabonais.

Interrogé sur la pertinence d’un tel projet, le Dr YABA Wenceslas son concepteur ne s’en prive pas d’évoquer son originalité par rapport à l’existent « les gabonais démunis où ceux qui ont des moyens, trouvent difficile d’aller dans les centres hospitaliers pour des raisons de discrétion maladive et de contrainte occasionnées par les services hospitaliers. Nous avons donc souhaité avec le Samu Social, apporter des soins gratuits de proximité à toutes les personnes souffrantes ».

Cette matérialisation plurielle de soins gratuits de proximité dispensés par le Samu Social gabonais est en passe de devenir aujourd’hui un modèle de gestion sanitaire pour de nombreux pays y compris pour certaines nations nanties. Pourtant au-delà de son motif de réussite et de succès, le Samu Social gabonais tourne avec une enveloppe budgétaire raisonnable.

500 millions de Fcfa, c’est le montant qui aura permis au Dr YABA de structurer ce projet ambitieux pour le Gabon au point où l’efficacité de ses interventions soit à ce jour sollicitée par les communautés religieuses du pays. Le Samu Social en a réalisé dans ce cadre plus d’un millier d’interventions, en signant au passage plusieurs conventions avec 46 pasteurs.

Aujourd’hui, le Samu Social fait l’unanimité. Ali Bongo Ondimba tient avec ce projet son pari sur la santé publique. Et pour cause, le projet porté par le Dr YABA Wenceslas est venu résoudre l’attentisme et la négligence médicale, deux manifestations aggravantes de l’état de santé des malades dans les grandes structures hospitalières qui contribuent à renforcer le taux de mortalité. On en déduit que 52% de décès peuvent être évités au Gabon. Sans commentaire.

Cela dit, on peut comprendre pourquoi les autorités compétentes et le Samu Social sont en train d’accélérer l’implantation des antennes de cette structure sanitaire à travers le pays. Et, après Libreville, Port-gentil et Franceville, ce sont les villes d’Oyem, de Lambaréné et de Tchibanga qui s’apprêtent à recevoir le Samu Social.

Une perspective de déploiement qui se fera cette fois-ci en concomitance avec la volonté du Samu à vouloir combattre le phénomène des cobolos dans le pays. Le Dr YABA et ses équipes auront-ils des ressources pour le faire ? Là reste la question et entendons voir.

Alain Michel Mbina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *