SETRAG: le tribalisme comme argument pour émulsionner les tensions?

Dans sa dernière livraison, le journal d’investigations et d’analyses, La Loupe, fait état d’un supposé climat délétère qui prévaudrait au sein de la Société d’exploitation du Transgabonais (SETRAG). En ligne de mire, son directeur général, Christian Magni, en plus d’un tendancieux argumentaire de tribalisme. Des révélations loin de corroborer pourtant la vérité des faits.

Cabale médiatique ou révélations avérées? C’est la problématique majeure. Pour de nombreux observateurs, il ne s’agit ni plus ni moins que d’affirmations diffamatoires, sans preuves tangibles et donc sans fondements.

La Société d’exploitation du Transgabonais (SETRAG) et son directeur général, Christian Magni, ont fait l’objet de révélations plutôt équivoques, de l’hebdomadaire d’investigations et d’analyses La loupe.

Dans ses colonnes, le tabloïd utilise un argument insidieux, celui du tribalisme, semant ainsi la confusion dans les esprits.

Un argumentaire que le journal utilise sans aucun doutes dans l’intention de discréditer Christian Magni, l’actuel directeur général et de semer la paralysie dans les rangs.

” c’est une abjecte cabale médiatique qui n’a pour seul objectif que de semer la haine, le doute et la division car même lorsqu’il s’agit de discréditer un compatriote ou une entreprise, l’on ne s’appuie jamais sur ce genre d’argumentaire. C’est insidieux et très pervers. Il y a des peuples entiers qui se sont lancés dans de meurtrières altercations pour ces raisons” fait observer un agent de l’entreprise.

Et : “Ces manœuvres ont un seul but, freiner la bonne dynamique lancée par l’actuel Directeur Général, ce depuis le 20 octobre dernier, date de sa nomination” conclut-il.

Si les attaques sont aussi farouches, c’est sans aucun doute du fait de la récente nomination de Christian Magni au poste de directeur général.

Resté très longtemps adjoint des précédents directeurs généraux, du reste tous expatriés, le jeune compatriote a été promu au très prestigieux poste de directeur général de l’entreprise.

Au sein de cette entité économique, il a occupé diverses responsabilités, dont ceux de directeur des infrastructures ferroviaires et de directeur général par intérim l’été dernier.

Ingénieur en mécanique de formation, Christian Magni a rejoint les effectifs de l’entreprise en 2015, plus précisément.

Peu avant SETRAG, l’actuel patron a été agent de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), filiale d’Eramet.

Un parcours pourtant sans éceuils que ne manque pas désormais de noircirs les complots tribalistes.

Agnès Limori

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook!