Audiences foraines: Le Synagref s’en indigne

Face à la tenue des audiences foraines en cours, les greffiers ont dénoncé ce jour leur total désaccord.

C’est à la faveur d’une conférence de presse organisée ce 12 juin au palais de justice de Libreville que le syndicat national des greffiers (synagref), a dénoncé la tenue des audiences foraines, qui ont eu lieu à la prison centrale de Libreville.

Lors d’une assemblée générale extraordinaire organisée le 1 er juin, le syndicat national des greffiers a durci le mouvement de grève entamé le 20 février dernier, dont les points de renvendications restent à ce jour insatisfaits. Le synagef réclame l’adoption d’un nouveau statut des greffiers, les textes administratifs de titularisation, d’intégration, d’avancement, la carte professionnelle entre autres points.

“c’est à notre grand étonnement que nous apprenons hier que les audiences foraines auront lieu aujourd’hui. Nous constatons que le ministre ne fait rien pour ramener la sérénité dans la Maison Justice. Au contraire, il envenime la situation lorsque par ses actes il banalise la profession de greffier. De sources sûres nous avons appris qu’il a fait prêter serment aux agents de la sécurité pénitentiaire pour tenir la plume lors desdites audiences. Nous tenons à rappeler que la profession de greffiers est spécifique et nulle autre personne ne peut l’exercer sans avoir reçu une formation adéquate ” s’est indigné Georges Boupenga, président du synagref. Et d’ajouter que selon les dispositions du code de procédure pénale, la tenue de ces audiences est irrégulière. ” l’article 284 du code de procédure pénale prévoit que la programmation des audiences se fait en début d’année judiciaire au cours d’une assemblée générale et sont inscrits dans un tableau, leurs lieux et dates. Or, ce n’est pas le cas en l’espèce. Ces audiences qui se tiennent sont irrégulières et visent à déstabiliser notre mouvement de grève” a-t-il lancé, rassurant que le syndicat poursuivra son mouvement si le ministre ne cherche pas les voies de sorties de crise.

Les syndicalistes estiment que le ministre fait dans la “distraction” et que la tenue de ces audiences foraines à la prison centrale n’aura pas grand effet, ajoutant que les décisions qui y sortiront auront des difficultés d’exécution.

Rappelons que les juridictions nationales ne travaillent pas depuis 6 mois. La grève des greffiers qui dure depuis 4 mois s’est greffée à celle des magistrats qui avait elle duré 2 mois. 6 mois donc sans justice. Un réel manque à gagner pour le pays.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook!