[Urgent] Anatole Kabounou à l’origine des menaces portées sur la personne de Thierry Mebale Ekouaghe, un journaliste?

Anatole Kabounou Onkoni, c’est le directeur général des transports terrestres (DGTT). Selon toute information, le patron de cette institution de l’Etat aurait par personne interposée, menacé de “faire enfermer” Thierry Mebale Ekouaghe, directeur de la publication des journaux 7joursinfos et L’information du mois, au mépris des procédures en vigueur, parceque non content d’un article publié à sa charge. Une histoire qui pourrait connaître un désastreux épilogue. 

Au Gabon, il est encore difficile d’exercer en toute tranquillité son métier de journaliste. Preuve en est, du climat qui prévaut actuellement entre Thierry Mebale Ekouaghe, patron des médias 7joursinfo, un journal en ligne, et L’information du mois, un mensuel d’informations et d’analyses. 

Le directeur général de la DGTT, semble-t-il furieux d’un article à charge publié sur 7joursinfos, aurait entrepris de “faire enfermer” le patron du journal, au mépris des procédures en la matière, pourtant clairement édictées dans l’actuel code de la Communication. 

Le journal, dans une analyse pourtant logique, s’est interrogé sur l’inaction de la DGTT face à des faits douteux relevant de sa seule compétence.

Non content du raisonnement de notre confrère, Anatole Kabounou, sans saisir le journal pour faire la lumière sur les faits reprochés, aurait décidé de procéder par l’intimidation.

Un choix qui pourrait lui coûter cher, s’il en est l’auteur.

Rendez-vous a donc été donné à notre confrère, pour mercredi prochain, jour où Anatole Kabounou promettrait mettre à exécution ses menaces. 

C’est dire que la liberté d’expression a encore du chemin chez nous, au moment où la communauté internationale revendique de meilleurs conditions d’exercice pour les journalistes. 

En attendant le jour indiqué, des organisations de journalistes disent se tenir prêtes pour protester une fois de plus contre cette atteinte flagrante aux droits des professionnels des médias. 

Nous y reviendrons. 

Agnès Limori

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *