Vie des entreprises : La Setrag met sur pieds une nouvelle convention collective

La Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag) a procédé, le 15 janvier courant, à la signature d’un texte réglementaire définissant les statuts de ses 1400 agents. Une cérémonie qui a eu lieu dans un prestigieux hôtel de la commune de Ntoum.

C’est l’aboutissement d’un laborieux travail, conduit dix jours durant, sous les auspices du ministère du travail via son inspecteur spécial du travail chargé du chemin de fer, sieur Dieudonné Ibouily.

La nouvelle convention collective contient des avancées non négligeables, élaborées dans la perspective d’améliorer de façon profonde, le climat au sein de l’entreprise.

La cérémonie conduite le 15 janvier courant a réunit les trois parties prenantes: la direction générale, d’une part, les partenaires sociaux, d’autre part, ainsi que l’administration du travail.

Contrairement à la précédente, cette nouvelle convention contient des nouveautés telles l’identification et le répertoire des différents métiers, les classifications catégorielles, les primes et indemnités revues à  la hausse.

Dans les différentes interventions, chaque partie s’est réjouie du climat de bonne entente qui a prévalu lors des débats pour aboutir aux résultats satisfaisants. Christian Magni, le directeur général s’est dit honoré de l’adoption de ce nouvel outil de travail qui garantit les acquis sociaux du personnel. Remerciant les partenaires sociaux pour leur dextérité, le directeur général a profité de l’occasion pour rappeler l’importance qu’il accorde au dialogue social sans lequel, aucun objectif ne peut être atteint.

A l’administration du travail, Christian Magni a dit sa gratitude pour le coaching de son inspecteur spécial chargé du chemin de fer qui n’a ménagé aucun effort pour l’aboutissement des travaux. Ce dernier, qui a exprimés a fierté de conduire cette révision de la convention collective a appelé les deux parties à persévérer dans le dialogue avec la direction générale. Quant aux partenaires sociaux, ils ont  par la voix de leur représentant.

 Jean René Minanga exprimé le même sentiment de satisfaction. Selon lui,  « négocier n’est pas faire une guerre avant de solliciter la compréhension et la patience de ses collègues, car les avancées obtenues ne sont certainement pas ce que certains auraient voulu, mais toutefois, significatives pour le plus grand nombre. L’action syndicale doit faire l’objet d’attention de tous les agents qui attendent d’elle l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie » a-t-il fait remarquer  tout en terminant son propos sur une note d’espoir.

Il est à rappeler que sur les dix syndicats que compte la Setrag, huit sont signataires de cette nouvelle convention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook!